Les "méga-bassines" des Deux-Sèvres au cœur de la contestation

Actions anti-bassines : Véran ne reprend pas le terme "écoterrorisme" utilisé par Darmanin

V.M avec AFP
Publié le 2 novembre 2022 à 14h54
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Interrogé mercredi sur les actions contre les bassins de rétention des Deux-Sèvres, Olivier Véran a refusé "sciemment" de reprendre le terme "écoterrorisme" mis en avant par Gérald Darmanin ce week-end.
Pour autant, le porte-parole du gouvernement a dénoncé des mouvements "de plus en plus radicaux".

C'est une nuance au sein du gouvernement, mais elle est loin d'être anodine. Interrogé mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, sur les activistes qui ont affronté ce week-end les forces de l'ordre dans les Deux-Sèvres, contestant un projet de "méga-bassine" agricole, Olivier Véran a refusé de reprendre un terme employé par Gérald Darmanin. 

Le ministre de l'Intérieur avait qualifié "d'écoterrorisme" les agissements de certains protestataires, qui ont notamment pris pour cible les gendarmes sur le site de Sainte-Soline. Un terme revendiqué par Gérald Darmanin, pour désigner ce qu'il considère comme des dérives du militantisme climatique. 

Lire aussi

Une formule "sciemment" éludée

Olivier Véran a préféré "faire une réponse globale sur la question, en éludant sciemment le commentaire sémantique", a indiqué le porte-parole du gouvernement aux journalistes. Une façon diplomatique, mais explicite, de dire que l'expression du ministre de l'Intérieur n'était pas la sienne. 

"Le gouvernement n'a pas eu d'échange sur cette question-là", a-t-il ajouté, faisant référence aux thèmes discutés dans le cadre du Conseil des ministres. 

Malgré la nuance, Olivier Véran a dénoncé, à l'instar de Gérald Darmanin, "la violence des ultras, des gens clairement pas venus pour défendre la planète ou pour défendre l'eau de pluie résiduelle au-dessus des nappes phréatiques, mais pour en découdre". "Je pense que les Français en ont un peu marre - et je les comprends - qu'à chaque fois qu'on parle de faire des projets, il y ait des gens de plus en plus radicaux dans les modes d'interventions et dans la contestation", a-t-il insisté. 


V.M avec AFP

Tout
TF1 Info