Damien Abad accusé de violences sexuelles, un ministre dans la tourmente

Affaire Damien Abad : nouvelle accusation de tentative de viol contre le ministre, qui dément

LC.
Publié le 14 juin 2022 à 22h21, mis à jour le 15 juin 2022 à 9h23
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le ministre des Solidarités, Damien Abad, déjà mis en cause pour violences sexuelles, est visé par de nouvelles accusations de la part d'une femme qui dit avoir subi une tentative de viol en 2010, selon son récit publié mardi par Mediapart.
M. Abad, qui brigue un nouveau mandat de député dimanche dans l'Ain, a dénoncé auprès de l'AFP le "calendrier soigneusement choisi de ces publications" et la "partialité" de l'enquête de Mediapart.

Après une première vague de témoignages, Mediapart fait de nouvelles révélations contre le nouveau ministre des Solidarités, Damien Abad, déjà mis en cause pour violences sexuelles. Ce mardi 14 juin, le site d'investigations donne la parole à une "élue centriste", appelée "Laëtitia" pour l'article. "Aujourd'hui, je ne peux plus me taire. Si je parle, c'est pour que ça s'arrête, qu'il ne puisse pas recommencer", déclare-t-elle au média en ligne, accusant l'ancien président du groupe Les Républicains (LR) à l'Assemblée nationale de tentative de viol, en 2010.

"Cela a vrillé lorsqu'il est devenu député européen"

À l'époque, Laëtitia était présidente du mouvement de jeunesse du Nouveau centre, dont Damien Abad était le président national. Dans un climat "malsain" et sexiste, l'élu aurait été, selon elle, "dans la séduction", par des "regards, des compliments, des remarques". "Cela a vrillé lorsqu'il est devenu député européen", affirme-t-elle. Le soir des faits, au premier semestre 2010, relate-t-elle, le député l'aurait invitée à une soirée. Alors qu'il lui offre un verre, elle assure y avoir vu "quelque chose" au fond, ajoutant avoir "recraché" sa gorgée aux toilettes, par méfiance. Peu après, et toujours selon son récit, l'élu l'attendait "derrière la porte" où tout serait allé "très vite" : l'eurodéputé l'aurait "poussée dans une pièce en face" avant de lui sortir "des insanités" et de la contraindre à une fellation. 

Damien Abad "réfute catégoriquement"

Après cela, la femme indique qu'il aurait "poussée sa tête" vers son entrejambe. "Son sexe n'était pas sorti, mais son pantalon était ouvert", précise-t-elle, à Mediapart. Et d'ajouter : "Ma tête était coincée sous son bras, contre son torse, je ne pouvais pas me défaire, j'avais peur, j'étais sidérée. Je me suis débattue, je l'ai frappé dans le ventre", affirme-t-elle, avant d'assurer avoir réussi à se sortir de la situation lorsqu'un convive a fait irruption.

Dans un message transmis à l'AFP, Damien Abad, qui brigue l'une des députations de l'Ain, a dénoncé le "calendrier soigneusement choisi de ces publications" et la "partialité" de l'enquête de Mediapart, qui a selon lui une motivation "politique". "Quant aux allégations rapportées, elles me révoltent et je les réfute catégoriquement", a ajouté le ministre.

Lire aussi

De son côté, l'avocate de Laëtitia, Me Raphaële Bialkiewicz, a indiqué à Mediapart qu'elle procédait "à la récolte et aux recoupements d'éléments, en vue d'y apporter toutes les suites utiles", sans évoquer explicitement une plainte.


LC.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info