L'Afghanistan aux mains des talibans

Qui est David Martinon, ex-fidèle de Nicolas Sarkozy devenu ambassadeur de France à Kaboul ?

J.F.
Publié le 17 août 2021 à 19h23
JT Perso

Source : JT 20h WE

PORTRAIT - Ancien protégé de Nicolas Sarkozy, il est désormais l’ambassadeur français le plus exposé. En poste en Afghanistan depuis novembre 2018, David Martinon doit gérer depuis Kaboul le rapatriement des Français depuis la prise de pouvoir des talibans.

L’ancien "Sarko-boy" est désormais l'un des diplomates français les mieux payés. A 50 ans, David Martinon occupe le poste le plus dangereux et le plus exposé du ministère des Affaires étrangères. Depuis novembre 2018, il est l'ambassadeur de France en Afghanistan ; et depuis la fin de semaine dernière, il doit gérer la mise en sécurité et le rapatriement en urgence des ressortissants français et des personnels de l’ambassade.

A Kaboul, il ne se déplace jamais sans gilet pare-balles et voiture blindée ; il vit sans sa femme et ses enfants, accompagné en permanence de forces de l'ordre chargées de sa sécurité et de la surveillance de l'ambassade. Dans un reportage diffusé sur TF1 en 2019, David Martinon indiquait avoir trois missions en Afghanistan : lutter contre l’immigration irrégulière, la culture du pavot et l’exportation d’héroïne, et le terrorisme. 

Le haut-fonctionnaire a toujours eu une appétence pour la diplomatie. À sa sortie de l'ENA en 1998, il intègre le ministère des Affaires étrangères en tant qu'adjoint du porte-parole. En mai 2002, le ministère de l'Intérieur Nicolas Sarkozy en fait son conseiller diplomatique, chargé notamment de négocier la fermeture du centre de réfugiés de Sangatte. Jusqu'en 2007, à Bercy puis de nouveau à Beauvau, il suit le ministre et occupe le même poste. 

Artisan de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007

En 2007, le candidat UMP à l'élection présidentielle fait de David Martinon son chef de cabinet pour la campagne. Après sa victoire, ce fidèle est nommé porte-parole du gouvernement. Quelques mois plus tard, en septembre 2007, le président de la République le désigne pour briguer son ancienne mairie de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Il accumule alors les bourdes - il est filmé lors d'une réunion de campagne en qualifiant de "vieux" les personnes âgées de la commune - et sa candidature est contestée. Certains de ses colistiers - dont Jean Sarkozy - montent alors une liste concurrente. David Martinon se retire au début de l'année 2008.

Mais depuis plusieurs mois déjà, ses relations avec Nicolas Sarkozy se sont tendues. La preuve dans un extrait off d'une interview du chef de l'Etat donnée en octobre 2007 à la chaîne américaine CBS, dans laquelle il traite son porte-parole "d'imbécile" et "d'enfant". Il l'accuse de l'avoir poussé à réaliser cette interview malgré un emploi du temps chargé, et d'avoir laissé la journaliste lui poser une question sur ses rumeurs de divorce avec Cécilia Attias.

Lire aussi

Déchu à Neuilly et plus vraiment en odeur de sainteté auprès de Nicolas Sarkozy, David Martinon est alors remercié du gouvernement en mars 2008. Très vite, il retourne à la diplomatie. Il est dans un premier temps nommé consul général de France à Los Angeles en avril 2008, puis représentant spécial de la France pour les négociations internationales sur la société de l’information et l’économie numérique, ambassadeur pour la cyber-diplomatie et l’économie numérique et ambassadeur pour le numérique. Avant de prendre, en 2018, le prestigieux poste d'ambassadeur à Kaboul.


J.F.

Tout
TF1 Info