La présidence Macron

Allocations chômage après une démission : la mesure pourrait coûter 14 milliards d'euros la première année

par Tanguy HAMON
Publié le 3 octobre 2017 à 7h36
Allocations chômage après une démission : la mesure pourrait coûter 14 milliards d'euros la première année

Source : AFP

INDEMNITÉS - Selon Les Echos, l’extension de l’assurance-chômage à tous les démissionnaires pourrait coûter jusqu’à 14 milliards d’euros la première année et jusqu’à 5 milliards les suivantes. Il s’agit d’une promesse phare d’Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron va-t-il être contraint à toucher à l’un de ses principaux engagements de campagne ? Alors que le président avait promis l’extension de l’assurance-chômage à tous les salariés démissionnaires (une fois tous les cinq ans), le quotidien Les Echos affirme ce mardi qu’une telle mesure pourrait coûter "plusieurs milliards par an".

Nos confrères avancent même un chiffre atteignant huit à 14 milliards d’euros pour la première année, en s’appuyant sur "les estimations du ministère du Travail". Outre les salariés ayant déjà démissionné (ou souhaitant le faire) et qui pourront profiter de l’indemnisation en s’inscrivant à Pôle emploi, c’est surtout l’appel d’air qu’une telle mesure provoquerait qui fait gonfler la facture. Ces nouveaux droits pourraient en effet pousser de nombreuses personnes à quitter leur emploi.

Des conditions moins généreuses pour faire baisser le coût ?

L’addition diminuerait ensuite les années suivantes, pour atteindre tout de même trois à cinq milliards d’euros. Des "estimations préliminaires, extrêmes", selon le ministère du Travail, qui pourraient être amoindries avec des conditions d’indemnisation moins généreuses pour les démissionnaires, rapporte le quotidien. Un délai de carence est notamment évoqué.

Lire aussi
ARCHIVES - Assurance-chômage, formation et apprentissage : "Ce sont des réformes que je vais porter" annonce Muriel PénicaudSource : JT 13h WE

La réforme sur l’assurance chômage veut être menée par le gouvernement d’ici l’été 2018. Les principaux syndicats seront reçus à l’Elysée en octobre puis des concertations auront lieu au ministère du Travail sur le sujet.


Tanguy HAMON

Tout
TF1 Info