Le jeu "Antifa" remis en vente par la Fnac

ER
Publié le 30 novembre 2022 à 6h16
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La Fnac a décidé de remettre en vente "Antifa, le jeu", retiré de la vente quelques jours plus tôt par précaution, selon elle.
Un syndicat de police ainsi que des personnalités d'extrême droite avaient exigé le retrait du jeu.

Après un examen qui aura pris quelques jours, la Fnac a décidé mardi 29 novembre de remettre en rayon "Antifa, le jeu", qu'elle avait retiré, selon elle, par précaution de ses rayons dimanche dernier, après des interpellations émanant de plusieurs élus du Rassemblement national, dont le député Grégoire de Fournas, et du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN). Ce dernier avait critiqué le jeu ainsi que le distributeur, pour "mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans les manifestations"

Lire aussi

"Nous avons pris le temps d’analyser en profondeur le contenu du jeu, qui ne fait l’objet d’aucune interdiction, et nous avons pu constater qu’il ne comporte rien de nature à justifier un refus de le commercialiser", estime l’enseigne dans un communiqué. La Fnac a donc "décidé de lever la suspension et de reprendre la vente du jeu", "conformément à sa mission de diffuseur culturel qui commercialise tout ce qui est autorisé par la loi, dans l’esprit qui a toujours été le sien de liberté et de diversité", a-t-elle indiqué.

Soutien de personnalités et coup de projecteur

Sur son site internet, l'éditeur du jeu Libertalia présente "Antifa le jeu" comme "un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local" en mettant en place des "actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d'organisation". Suite au retrait du jeu, l'éditeur avait dénoncé des "allégations mensongères émanant de l’extrême droite puis des forces de répression". "Vous ne nous ferez pas taire !" a-t-il ajouté sur Twitter

Le jeu a reçu le soutien de nombreuses personnalités des médias ou d'élus de la gauche sur les réseaux sociaux, comme les députées Clémentine Autain ou Mathilde Panot, ou Edwy Plenel, plusieurs accusant la Fnac de "plier sous la pression de l'extrême droite" ou appelant au respect de la liberté d'expression. Grâce au coup de projecteur inédit lancé sur le jeu par l'affaire, Libertalia a annoncé lundi  après-midi que la nouvelle édition de son jeu en vente sur le site internet de "La Horde" était déjà épuisée. 


ER

Tout
TF1 Info