Élection présidentielle 2022

Après le départ d'Eric Woerth, LR ressort ses critiques envers Emmanuel Macron

La rédaction de TF1 info
Publié le 9 février 2022 à 18h32
Éric Woerth

Éric Woerth

Source : Bertrand GUAY / AFP

Eric Woerth a annoncé ce mercredi son soutien à Emmanuel Macron plutôt qu'à Valérie Pécresse pour l'élection présidentielle.
Après lui avoir demandé de quitter le parti, Les Républicains ont exhumé sur Twitter d'anciennes critiques du député envers le président de la République.

Chez LR, la vengeance se déguste chaude. Après l'annonce d'Eric Woerth de soutenir Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle, Les Républicains l'ont mauvaise. À tel point qu'en fin d'après-midi ce mercredi, le compte Twitter du parti s'est plongé dans les archives et a exhumé de vieux tweets et d'anciennes déclarations du député de l'Oise critiquant le président de la République.

Sur l'un d'eux, datant d'octobre 2018, Eric Woerth écrit : "Comme je le dis depuis des mois, Emmanuel Macron augmente plus la dépense publique que François Hollande". "Emmanuel Macron voulait une France apaisée, il risque de la faire imploser", écrivait-il encore en novembre 2018. En janvier 2019, toujours selon un vieux tweet retweeté par LR, l'ancien ministre du Travail commentait : "Emmanuel Macron dit vouloir transformer la colère en solutions, alors qu’il a lui-même transformé la croissance en colère"

Les Républicains font également remonter une interview de RTL dans laquelle Eric Woerth déclare que "personne ne comprend rien à ce que dit Emmanuel Macron. Il est dans la séduction, pas dans la conviction. (...) Je ne crois pas qu’on ait besoin d’un président de la République qui séduise les gens et leur donne exactement ce qu’ils ont envie d’entendre."

Aussitôt après son ralliement, le président de LR Christian Jacob a demandé à Eric Woerth de quitter la présidence de la Commission des finances de l'Assemblée nationale. Dans un communiqué, Eric Woerth a dit se mettre "en congé de notre formation politique pour être en cohérence avec ma décision", et au Parisien, il a dit qu'il n'adhérait ni à LaREM "ni à la majorité telle qu'elle est constituée aujourd'hui".


La rédaction de TF1 info

Tout
TF1 Info