Après les critiques de Gérald Darmanin sur LaREM, Gabriel Attal le renvoie à "l'humilité"

MM avec AFP
Publié le 5 juillet 2021 à 13h50
JT Perso

Source : TF1 Info

RETOUR DE FLAMME - Le ministre de l'Intérieur avait critiqué le résultat décevant du parti présidentiel aux élections régionales. Des propos qui lui ont valu recadrage du porte-parole du gouvernement, ce lundi.

Après une prise de bec avec Éric Dupond-Moretti il y a quelques jours, Gérald Darmanin a été repris par un autre ministre, ce lundi 5 juillet. Alors qu'il avait renvoyé la majorité présidentielle à "l'humilité", dans une interview au Figaro, vendredi, Gabriel Attal lui a suggéré d'en faire de même. "L'humilité concerne tout le monde", a lancé le porte-parole du gouvernement sur France Inter. Et de déplorer qu'"il est de bon ton de taper sur La République en marche".

Après l'échec des régionales, "au sein de la majorité, nous devrions tous en tirer des leçons. Nous gagnerions à l'humilité", avait jugé le ministre de l'Intérieur, pour sa part élu aux élections départementales dans son canton de Tourcoing (Nord). 

Personne ne se complaît dans les visios

Gabriel Attal

"Personne ne se complaît dans les visios", a aussi fait valoir Gabriel Attal alors que le ministre de l'Intérieur avait réclamé "moins de visios, plus de bistrot", et une révision de "la façon de faire fonctionner En marche!", pour l'ancrer davantage sur le terrain.

Pourtant, "des dizaines de milliers de personnes ont donné de leur temps sur le terrain pour aller faire campagne (...) On a des gens qui se sont engagés en politique parfois pour la première fois, dans un contexte extraordinairement difficile pour un nouveau parti, dans un contexte en plus de crise sanitaire. On ne peut pas dire qu'il y ait eu possibilité de faire de vraies campagnes ; personne ne se complaît dans les visios", a assuré le porte-parole de l'exécutif.

Lire aussi

D'après lui, "La République en Marche, c'est quand même une formation politique qui a permis à Emmanuel Macron d'être élu président de la République face à d'autres candidats qui étaient soutenus par des personnes qui aujourd'hui critiquent la République en marche". Une manière, pour Gabriel Attal, de rappeler implicitement que Gérald Darmanin, membre du parti Les Républicains durant la campagne présidentielle de 2017, n'avait alors pas ménagé Emmanuel Macron.

Enfin, le porte-parole du gouvernement a réagi aux critiques visant le délégué général de LaREM, Stanislas Guerini, dont certains réclament le départ. Mais le député conserve "bien sûr" son mandat à la tête du parti, mandat qui "court jusqu'au mois de décembre", a précisé Gabriel Attal.


MM avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info