Une ambiance trop dissipée à l'Assemblée ? Olivier Véran dénonce "une volonté de transformer l'hémicycle en arène"

Aurélie Loek
Publié le 24 juillet 2022 à 22h49
JT Perso

Source : TF1 Info

Suite à des débats musclés à l'Assemblée nationale, où la majorité s'est retrouvée parfois en difficulté, Olivier Véran a fustigé la "volonté collective de nuire aux débats".
Il a regretté que "la forme écrase le fond", jugeant que les députés avaient "franchi un cap" en termes de chahut.

"C'est pas les Anges de la téléréalité, l'Assemblée." Assez mécontent du climat à l'Assemblée nationale où la majorité présidentielle n'est que relative, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran n'a pas manqué de fustiger sur LCI "une volonté de transformer l'hémicycle en arène". "On ne doit pas mettre en scène des engueulades devant la caméra, ce n'est pas comme ça que cela doit marcher", a-t-il appelé.

"La forme écrase le fond"

"Ce qui me gêne, c'est qu'il y a une volonté collective et délibérée, par groupes, notamment extrême-droite et extrême-gauche, de nuire à la tenue des débats", a critiqué le porte-parole du gouvernement.

Considérant donc que beaucoup de députés avaient surtout "la volonté de distraire la galerie", Olivier Véran a donc regretté que "la forme écrase le fond" aux dépens des intérêts des Français. "Je souhaite que, lorsque les Français regardent les débats dans l'hémicycle, ils puissent constater que celles et ceux pour qui ils se sont déplacés sont des gens qui sont à hauteur des enjeux de leur quotidien", a-t-il indiqué.

Depuis le début de la nouvelle législature, la majorité présidentielle est effectivement plus en difficulté qu'elle ne l'avait été lors de la précédente du fait de la perte de sa majorité absolue et de la nécessité pour elle de faire des compromis. Alors que certains députés critiquaient une "majorité de Playmobil", reprochant que les lois soient votées un peu trop rapidement, les oppositions se font désormais entendre, obligeant rappels au règlement et suspensions de séance.

Lire aussi

Cela entraine un rallongement des séances et des débats houleux, mais conduit aussi parfois à des situations où la majorité est renversée. Au cours des derniers débats sur le projet de loi des finances rectificative pour 2022, toujours en cours, cela a par exemple amené à l'adoption d'un amendement contre l'avis du gouvernement, permis notamment grâce aux voix de certains députés Horizons, pourtant présentés comme les alliés du parti présidentiel.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info