La Nupes, l'alliance de gauche à l'Assemblée nationale

Assemblée : les élus Nupes veulent "pourrir le débat pour mettre à bas le régime"

S.M
Publié le 3 août 2022 à 11h06
JT Perso

Source : TF1 Info

Le sénateur Renaissance de la Côte d'Or déplore ce mercredi les pratiques des députés de la Nupes dans l'hémicycle, qui veulent "pourrir le débat".
Invité politique de LCI, François Patriat estime que cela donne un "spectacle dramatique, lamentable et honteux" de l'Assemblée.
Il n'épargne pas non plus l'extrême-droite, pointant le danger de la "conjonction des extrêmes".

"L'outrance, la vocifération, l'insulte, l'anathème" sont devenus le "lot quotidien" des parlementaires. François Patriat ne mâche pas ses mots lorsqu'il aborde les récents coups de théâtre et les débats houleux dans l'hémicycle, où le parti présidentiel a perdu sa majorité absolue aux législatives de juin dernier. Pour le sénateur Renaissance de la Côte d'Or, invité politique de la matinale de LCI ce mercredi, ce "spectacle dramatique, lamentable, honteux" est lié aux pratiques des élus situés aux extrêmes de l'échiquier politique, et notamment ceux de la Nupes. 

"Aujourd'hui, ces parlementaires extrêmes ne souhaitent qu’une chose, c'est de pourrir le débat" assène François Patriat. "Ils ont un objectif qui est de mettre à bas le régime, de créer le désordre, en espérant que ça leur profitera demain", tacle-t-il. Dernier scandale en date : mardi soir, quand les élus de la Nupes ont quitté l'hémicycle en pleine séance, après avoir été accusés d'antisémitisme. Pour François Patriat, la prise de parole d'Eric Dupont-Moretti qui a provoqué leur départ, était justifiée, le ministre de la Justice ayant "voulu rappeler aux oppositions leurs références, il n'est pas sorti du cadre".

"Conjonction des extrêmes"

François Patriat n'épargne pas non plus l'extrême-droite, évoquant le danger de la "conjonction des extrêmes". Le sénateur, ancien membre du Parti socialiste (PS), prend l'exemple de l'ex-ministre Christophe Castaner, qui a été "battu chez lui [aux législatives] après une campagne haineuse difficile dans laquelle les gens du RN on été voter pour la Nupes à la demande du maire de Perpignan".

Lire aussi

Une attitude qui explique le basculement à droite de l'Assemblée nationale - sur la loi pouvoir d'achat notamment - estime encore François Patriat. "Emmanuel Macron a tendu la main à tout le monde, souhaitant l'union nationale entre les partis de gouvernement", explique-t-il "Nous avons des opposants, de la gauche pour la plupart, qui refusent quand les mesures vont dans le sens du pouvoir d'achat, comme sur la suppression de la redevance", regrette l'élu. Une main tendue que la droite des Républicains n'a, elle, pas refusée, souligne-t-il.


S.M

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info