Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

Pourquoi la candidature d'Eric Coquerel à la présidence de la Commission des finances embarrasse l'opposition

Justine Faure
Publié le 29 juin 2022 à 15h13
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le député Eric Coquerel est favori pour prendre la tête de la présidence de la Commission des finances.
Mais sa candidature embarrasse les groupes d'oppositions, en particulier celui des Républicains.
Pour quelles raisons ?

Les membres de la Commission des finances voteront jeudi à huis clos et à bulletins secrets pour élire leur président, poste très convoité et stratégique de l’Assemblée nationale, censé revenir à un membre d’un groupe d’opposition. Si Jean-Philippe Tanguy et Véronique Louwagie sont candidats, respectivement pour le Rassemblement national et Les Républicains, l’alliance de gauche Nupes s’est mise d’accord pour présenter la candidature d’Eric Coquerel (LFI) plutôt que celle de Valérie Rabault (PS). Un choix qui embarrasse les autres groupes d’opposition. Pour quelles raisons ?

Renaissance a déjà prévenu que ses députés ne prendraient pas part au vote. La Première ministre a promis la semaine dernière que la majorité "respecterait les traditions" et laisserait les oppositions s’organiser. C’est là tout le dilemme pour un groupe en particulier, celui des Républicains. Ces derniers sont contre l’élection d’Eric Coquerel à la tête de l’une des commissions les plus puissantes et prestigieuses de l’Assemblée, qui examine tous les projets de budget avant leur examen dans l'hémicycle. Or, le rapport de force étant en faveur de la Nupes, si le groupe LR veut l'empêcher, il doit s’allier avec le RN pour faire élire un autre candidat.

Un "choix cornélien" pour LR

Sur LCP, le chef des députés LR Olivier Marleix a évoqué "un choix un peu cornélien" entre Jean-Philippe Tanguy et Eric Coquerel. "La Nupes aurait pu faire un choix sans doute un peu plus consensuel" avec Valérie Rabault, a-t-il estimé.

Lire aussi

Le groupe RN, qui estime que le poste doit lui revenir grâce à ses 89 députés, groupe le plus important après Renaissance et devant La France insoumise, fait tout pour rallier les Républicains à sa cause. Certains n’y sont pas insensibles, même si le président LR du Sénat Gérard Larcher a déclaré mardi sur LCI ne pas souhaiter que des députés de son camp soutiennent le RN. Se sentant piégés, d’autres comme Philippe Gosselin ont demandé à la majorité de prendre part au vote en soutenant la candidate LR Véronique Louwagie. 

LR et Renaissance accusent déjà Eric Coquerel de vouloir se servir de certaines prérogatives de la présidence de la commission, comme l'accès à des documents couverts par le secret fiscal, à des fins politiques.


Justine Faure

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info