Attaque à Paris : Élisabeth Borne se dit prête à aller "plus loin" pour protéger les Français

par A.B. avec AFP
Publié le 6 décembre 2023 à 22h04

Source : JT 20h Semaine

La Première ministre a donné une interview au "Figaro", ce mercredi.
Elle est revenue sur les questions qui se posent après l'attentat qui s'est déroulé à Paris près de la tour Eiffel, samedi.
La cheffe du gouvernement s'est dite prête à aller "encore plus loin" pour assurer la sécurité des Français, notamment durant les Jeux olympiques.

"Il est hors de question de baisser les bras face au terrorisme". Dans une interview au Figaro, la Première ministre Élisabeth Borne est revenue sur les questions autour de la sécurité des Français après l'attaque au couteau près de la tour Eiffel à Paris qui a fait un mort et deux blessés, samedi 2 décembre. Et la cheffe du gouvernement a été claire : "S'il le faut, on ira encore plus loin", a-t-elle assuré dans cet entretien mis en ligne ce mercredi. "Tous les pays du monde sont exposés à des risques qu'il faut déjouer", a-t-elle estimé.

La Première ministre a voulu calmer les inquiétudes quant à la sécurité durant les Jeux olympiques de Paris 2024, événement classé à haut risque alors que 15 millions de spectateurs sont attendus dans la capitale française pour célébrer le sport. "Nous mobilisons des moyens pour ces Jeux olympiques et on mobilisera davantage si nécessaire", a-t-elle affirmé, alors que l'exécutif est sous pression face à la menace djihadiste après l'attaque de Paris et celle d'Arras (Pas-de-Calais), en octobre, lors de laquelle un enseignant a été tué par un ancien élève radicalisé et qui avait conduit au relèvement du plan Vigipirate au niveau maximal "urgence attentat".

Des lois votées et des budgets renforcés

"On a quasiment doublé les moyens de nos services de renseignements", a affirmé Elisabeth Borne avant de poursuivre : "Avec les lois de programmation récemment votées, les budgets des ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Armées ont encore été renforcés. S’il le faut, on ira encore plus loin". La Première ministre a également évoqué la mise en place d'une "attention encore plus soutenue" face aux individus comme l'assaillant de samedi, connu des services de renseignement pour son islamisme radical et ses troubles psychiatriques. "Il est vrai qu’un nombre important de personnes sont suivies au titre de la radicalisation et du terrorisme. Il y a des personnes suivies au titre de la psychiatrie. À l'intersection des deux, on peut avoir des individus qui exigent une attention encore plus soutenue", a-t-elle assuré.

Sur le très sensible projet de loi immigration, un autre dossier régalien porté par son ministre de l'Intérieur, qui fut un temps son rival pour Matignon, Élisabeth Borne dit sa "confiance" en Gérald Darmanin pour trouver une majorité à l'Assemblée nationale.

Mais elle dit aussi attendre des "propositions" de sa part et du ministre de la Santé, Adrien Rousseau, pour adapter éventuellement l'AME, l'aide médicale d'État pour les étrangers sans papiers, remise en cause par le Sénat lors du débat sur ce projet de loi.


A.B. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info