Présidence de LR : trois candidats sur le gril pour un unique débat télévisé

Aurélien Pradié candidat à la présidence des Républicains

La rédaction de TF1info
Publié le 12 septembre 2022 à 18h38
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le secrétaire général des Républicains, Aurélien Pradié, briguera la présidence du parti en décembre.
Dans une interview au "Figaro", il prône une candidature "différente" de celles d'Eric Ciotti et Bruno Retailleau.

Un de plus. Le député du Lot Aurélien Pradié a annoncé, ce lundi 12 septembre, dans une interview au Figaro qu'il briguerait la présidence des Républicains, qui se tiendra en décembre prochain. Sa candidature vient s'ajouter à celles du député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti et du patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau. Se posant en alternative aux deux parlementaires déjà candidats, il souhaite "rebâtir la droite populaire" et parler à tout le monde, "du plus humble au plus favorisé".

Des idées fermes sur l'immigration

Celui qui est déjà secrétaire général du parti dresse une ébauche de programme : défendre les libertés et la tenue de la promesse républicaine. "Or par lâcheté et fatalisme, les politiques ont abandonné cette exigence d’émancipation. La fierté française c’est l’effort qui permet de s’élever, le travail récompensé, la capacité à sortir de son milieu social. À nous de redonner une réalité à ces mots", déclare-t-il.

"Nous sommes aujourd'hui en danger de mort" et "nous devons tout changer : le nom, le siège, notre organisation, notre message", assure Aurélien Pradié, qui veut "assumer la rupture, y compris avec Nicolas Sarkozy". À ceux qui l'accusent d'être trop à gauche, il répond qu'il est "pleinement de droite" et invoque "la promesse républicaine" et l'"exigence d'émancipation"

Lire aussi

Au-delà du social, il avance des idées fermes sur l'immigration, notamment pour "rendre tous les titres de séjour probatoires" pendant trois ans et pour créer "une cour spécialisée". Sur l'écologie, "économiquement, socialement et moralement prioritaire", il promet "un large débat sur la question de l'eau". "J'ouvrirai le débat sur la société d'hyper-consommation", ajoute-t-il, en précisant "refuser toujours la décroissance". Il plaide aussi pour une réforme des retraites "sur la base des annuités travaillées" et une forte revalorisation des salaires des enseignants "en contrepartie d'un temps plus long passé à l'enseignement".


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info