Affiches pro-TGV polémiques : Schiappa saisit le préfet, Ménard dénonce des "réactions paranoïaques"

Antoine Rondel
Publié le 11 décembre 2017 à 14h06
Affiches pro-TGV polémiques : Schiappa saisit le préfet, Ménard dénonce des "réactions paranoïaques"

Source : LCI/mairie de Béziers

POLÉMIQUE - Le maire de Béziers a suscité l'indignation sur les réseaux sociaux après la publication de sa campagne d'affichage pour faire venir le TGV à Béziers. Il lui est notamment reproché de mettre en scène un féminicide pour servir la communication de sa ville.

Habitué des campagnes de communication choc, le maire de Béziers a encore frappé. Pour militer en faveur du prolongement d'une ligne à grande vitesse dans sa ville, Robert Ménard a opté pour une mise en scène qui a fait frémir les réseaux sociaux. L'affiche montre une jeune femme, apeurée, habillée à la mode du XIXe siècle, et ligotée sur des rails, une vieille locomotive à vapeur arrivant sur elle. Avec une légende pour le moins douteuse : "Avec le TGV, elle aurait moins souffert !" Probablement un clin d'oeil à la vitesse du TGV, et sans aucun doute une allusion de mauvais goût. 

De quoi faire frémir les utilisateurs de Twitter, une habitude, là aussi, chez Robert Ménard. Le chantre du rapprochement des droites, soutenu par le FN, s'est ainsi attiré les réactions les plus virulentes, d'aucuns dénonçant l'indécence et la violence de cette mise en scène. 

A commencer par celle de l'ancienne ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol qui demande des poursuites, l'affiche reprenant une histoire de violences conjugales achevée en fait divers sordide : en juin dernier, dans la région de Chartres, un homme avait tué sa femme, la ligotant sur les rails de la ligne TGV Paris-Nantes et s'était allongé à ses côtés, avant que le TGV ne passe sur eux. 

Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, a réagi et a dénoncé "une campagne une fois de plus odieuse". Elle annonce avoir saisi le préfet afin d'étudier tous les recours possibles. 

De nombreux appels à des poursuites ont été formulés, et notamment de la part de Sébastien Denaja, porte-parole du Parti socialiste et ancien député de l'Hérault. 

Une scène de féminicide

Le maire de Béziers se voit ainsi reprocher de faire usage d'un fémicide et, pour certains, une apologie des violences faites aux femmes.

Lire aussi

Robert Ménard n'en est pas à sa première polémique, pour qui se souvient de sa campagne anti-migrants ou cette affiche qui dénonçait la coupe des subventions faites aux communes, qui voyait un homme étrangler une femme, légendé ainsi : "L'Etat étrangle nos communes". 

Comme à son habitude, l'édile de Béziers s'est fendu d'un tweet pour moquer les réactions outrées à l'égard de son affiche, qui en disent selon lui "long sur l'ordre moral qui plombe le pays. Les mêmes auraient brûlé Johnny en 1960, Charlie Hebdo en 1970 ou Gainsbourg en 1980. Inquiétant..." 

Ces derniers n'étaient toutefois pas des responsables politiques et ne faisaient pas scandale en faisant, comme c'est reproché à Robert Ménard, l'apologie des violences faites aux femmes.


Antoine Rondel

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info