La réforme des retraites, dossier explosif du 2nd quinquennat Macron

Utiliser le 49.3 est une "preuve de faiblesse", estime Nicolas Sarkozy

Idèr Nabili
Publié le 5 octobre 2022 à 19h36
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le gouvernement n'exclut pas de recourir au 49.3 pour adopter le budget 2023.
Interrogé à l'Institut de France, l'ancien chef de l'État Nicolas Sarkozy a critiqué le recours à cette procédure.

Le gouvernement va-t-il bientôt dégainer le 49.3 ? L'ombre de l'utilisation de cet article, qui permet de faire adopter un texte sans vote, sauf adoption d'une motion de censure, plane sur le projet de budget 2023. Depuis le début des travaux à l'Assemblée nationale, les députés macronistes se retrouvent régulièrement en minorité, avant même le début des débats dans l'hémicycle à partir du 10 octobre. Le gouvernement pourrait donc être tenté d'utiliser le 49.3, une manière pour lui de contourner l'absence de majorité absolue.

Une hypothèse qui ne plait pas à l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui se vante de ne jamais avoir eu recours à cet article durant son mandat (2007-2012). "Pour moi, le 49.3 est une preuve de faiblesse", estime-t-il ce mercredi au cours d'un colloque à l'Institut de France. "Je l'ai refusé, pas au nom de considérations institutionnelles, mais politiques", explique-t-il. "La démocratie sans politique, c'est la démocratie des technos."

"Le 49.3 ? J'aurais pris un risque de violences"

L'article 49.3 aurait pourtant pu être utilisé en 2010, au moment de la réforme des retraites reculant l'âge de départ de 60 à 62 ans. "Nous avons eu quatre manifestations avec trois millions de personnes dans la rue, il n'y a pas eu une violence", assure-t-il. "Si j'avais utilisé le 49.3 et contraint l'Assemblée à voter, je pense que je prenais un risque de violences. Le débat au Parlement, c'est un peu comme la vapeur dans la cocotte-minute : si vous laissez sortir un peu de vapeur, c'est mieux pour ne pas risquer l'explosion."

Lire aussi

Emmanuel Macron et son gouvernement prendraient-ils un risque en utilisant le 49.3 pour adopter le budget ou un autre texte, comme la réforme des retraites ? "La possibilité constitutionnelle est là", répond Nicolas Sarkozy. Mais le chef de l'État peut "aussi se dire qu'il n'y a pas que lui qui est dans une situation compliquée", poursuit-il. "Il y a tous ceux qui ont soutenu ma réforme, quand nous passés de 60 à 62 ans, et (qui) devront expliquer pourquoi ils ne soutiennent pas, au fond, la même réforme, qui consiste à passer de 62 à 65 ans", conclut-il, en allusion aux critiques actuelles des Républicains.


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info