La Nupes, l'alliance de gauche à l'Assemblée nationale

Ce qu'Eric Coquerel veut faire à la tête de la commission des Finances de l'Assemblée

Aurélie Loek
Publié le 30 juin 2022 à 13h50
JT Perso

Source : TF1 Info

Le député Eric Coquerel a été élu à la tête de la très stratégique commission des Finances.
Dans une première prise de parole, il a expliqué vouloir respecter son "esprit"
Il a cependant affirmé que "ce que porte la Nupes aura des implications" dans la façon dont il exercerait son mandat.

C'est finalement à Eric Coquerel, député La France insoumise, qu'est revenu la présidence de la commission des Finances, après un vote à trois tours et un début de crainte de front anti-Nupes. Dans une première prise de parole, il a défini ses objectifs et la manière dont il exercerait son mandat.

"Ce que porte la Nupes aura évidemment des implications dans la façon dont j'appliquerai ce mandat", a d'ores et déjà indiqué le président tout juste élu dans une première prise de parole, définissant l'alliance de gauche comme "la principale opposition".

"Prendre le temps de faire des débats"

Rappelant son expérience à la commission des Finances lors de la précédente législature, Eric Coquerel a assuré que "les choses se sont passées, comme souvent dans cette commission, de la manière la plus respectueuse possible". Un état d'esprit qu'il souhaite poursuivre lors de son mandat. "Si bien sûr, sur le fond, les débats seront normaux, c'est-à-dire des débats qui assument les divergences, je compte aussi faire en sorte que cette commission continue à être un lieu où on discute plus du fond que de la forme ou du buzz", a soutenu le député de Seine-Saint-Denis.

"Je suis le président de toute la commission des Finances et j'entends faire en sorte que les droits de l'Assemblée soient respectées", a ajouté Eric Coquerel. Le nouveau responsable a expliqué vouloir "prendre le temps de faire des débats", "d'examiner tous les amendements", ce qui n'avait pas été systématiquement le cas, selon lui, lors de la précédente législature.

Eric Coquerel a par ailleurs insisté sur le fait qu'à l'image de l'Assemblée, aucune majorité absolue n'était représentée à la commission, permettant à la chambre des députés d'être un peu plus "le centre politique de ce pays". "Pour quelqu'un qui défend une VIe République, c'est quelque chose qui est satisfaisant. Cette commission sera à l'image de cet état de fait", a promis le député.

Lire aussi

La commission des Finances contrôle les projets de loi de finance et la bonne exécution du budget. Son président a aussi les pouvoirs de convoquer le ministre de l'Économie, mais aussi de lever le secret fiscal d'une entreprise ou d'un citoyen. Un pouvoir que certains membres de la majorité s'inquiétaient de confier à un député de la Nupes. Répondant à ces craintes, Eric Coquerel a voulu être claire : "L'idée n'est pas de contrôler ou de faire je ne sais quelle chasse aux sorcières. Ce n'est pas mon intention". 

Pour autant, il a affirmé aussi sa volonté de travailler sur les questions d'évasion fiscale. "Si je peux me servir de la levée des secrets fiscaux pour travailler avec la commission sur les questions d'évasion fiscale, je ne m'en priverai pas", a prévenu Eric Coquerel, assurant que cela était "quelque chose de très politique et qui n'a aucun rapport avec des vendettas politiques, personnelles".


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info