Les manifestations du 1ᵉʳ mai ont rassemblé à travers la France environ 210.000 personnes, estime la CGT.
Selon la police, 121.000 manifestants ont pris part aux cortèges.
Quelques incidents ont été recensés à Paris, tandis que Raphaël Glucksmann était empêché de rejoindre la manifestation à Saint-Etienne.

Rassemblements traditionnels pour les travailleurs, les défilés du 1ᵉʳ mai se sont déroulés partout en France, sur fond de revendications diverses portées par les syndicats. Cette édition 2024 a été saluée par la CGT, qui a évoqué un mouvement "offensif et rassembleur". L'organisation dirigée par Sophie Binet rapporte qu'elle a recensé "plus de 210.000" manifestants en France. Un décompte qui se révèle comme à l'habitude plus élevé que celui du ministère de l'Intérieur : ce dernier a ainsi dénombré quelque 121.000 personnes dans les rues.

Une participation similaire à un 1ᵉʳ mai "classique"

Les chiffres ici évoqués sont logiquement moins élevés que ceux enregistrés en 2023. L'an passé, on se souvient en effet d'un 1ᵉʳ mai "hors norme", porté par la mobilisation contre la réforme des retraites. Les cortèges avaient alors rassemblé 2,3 millions de personnes selon la CGT et près de 800.000 selon la police. Les niveaux de participation cette année se révèlent en revanche assez similaires à ceux des années plus "traditionnelles". On se souvient par exemple qu'en 2022, 210.000 manifestants étaient annoncés par la CGT, contre 116.000 par les autorités.

Lors des rassemblements qui se sont déroulés aujourd'hui à Marseille, Lyon, Rennes ou Toulouse, des revendications et mots d'ordre variés ont cohabité. La question des salaires et du pouvoir d'achat est restée centrale, mais s'est accompagnée de slogans pour la paix, dans un contexte marqué par le conflit à Gaza.

C'est à Paris que la manifestation a rassemblé le plus de monde : entre 18.000 et 50.000 personnes. Le cortège a progressé dans une ambiance festive en début d'après-midi, avant que la situation ne se tende en tête du cortège. Une source policière a indiqué qu'un "important pré-cortège", d'environ 4.500 personnes, avec "plusieurs centaines" de radicaux, s'était constitué. Le long du parcours, une camionnette a été incendiée, tandis que des commerces et du mobilier urbain ont fait l'objet d'actes de vandalisme. Au total, on déplorait vers 18 heures 12 policiers et gendarmes blessés. La préfecture a rapporté pas moins de 45 interpellations.

Ce 1ᵉʳ mai s'est déroulé dans un contexte de tensions sur la scène internationale, mais également en pleine campagne des Européennes. Sans surprise, plusieurs responsables politiques ont rejoint les cortèges : ce fut le cas de Fabien Roussel (PCF) à Lille, ou bien de Manon Aubry (LFI) à Lyon. Pour la tête de liste PS-Place publique Raphaël Glucksmann, le défilé a été plus mouvementé. À Saint-Etienne, il a en effet été empêché de rejoindre la manifestation après des jets de peinture et des invectives de quelques dizaines de militants. 


TD avec AFP

Tout
TF1 Info