L'interview Politique

Clash Dupond-Moretti / Darmanin : "Le courage et la franchise, c'est qui manque à la vie politique", estime Marlene Schiappa

La rédaction de LCI
Publié le 24 juin 2021 à 10h13
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW - Invitée politique ce jeudi sur LCI, la ministre déléguée à la Citoyenneté a minimisé la prise de becs entre ses deux collègues au gouvernement, se réjouissant de la "franchise" qui règne entre eux.

"La franchise est une qualité que j'apprécie." Invitée ce jeudi sur LCI, Marlène Schiappa est revenue sur la passe d'armes entre Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, "deux hommes qui se sont dit les choses en face" selon la ministre déléguée à la Citoyenneté.

"Je n'étais pas présente, à ce stade ce sont des propos rapportés", a tout d'abord estimé la ministre. Avant de positiver : "La vie politique est faite de beaucoup d'hypocrisie, de gens qui se font des sourires en face et vont déblatérer sur les collègues. Là, ce sont deux hommes qui, face à face, vont se dire les choses. Je ne peux que le saluer." Y a-t-il de la nervosité au gouvernement ? "Je ne sais pas ce qu'il en est, ce sont deux personnes très franches. La franchise est une qualité que j'apprécie (…) Le courage et la franchise manquent à la vie politique."

"L'analyse du propos rapporté, cela ne m'intéresse pas"

L'incident en cause aurait eu lieu à l'Elysée le mercredi 23 juin, un peu avant 10h30, à l'endroit où se réunissent les ministres et secrétaire d'État en attendant l'arrivée du chef de l'État. Objet de la discorde : les félicitations adressées à Xavier Bertrand par Gérald Darmanin pour son score aux élections régionales. Et ce, dans la même région que Eric Dupond-Moretti, vainement dépêché dans les Hauts-de-France en service commandé pour sauver une campagne moribonde. "C'est de la trahison", tonne-t-il devant Gérald Darmanin. L'échange est houleux, "très tendu", raconte un observateur à LCI. En face, celui qui fut directeur de campagne de Xavier Bertrand en 2015 ne se démonte pas : "Commence par gagner une élection".

La ministre l'assure ce jeudi sur LCI : cet incident ne mérite pas qu'on lui accorde de l'importance. "Il y a des gens qui ont des vrais problèmes", dit-elle. "Des gens qui sont gravement malades. Les responsables politiques qui se lamentent sur leur sort, ca va. Je ne suis pas née avec une cuillère en argent dans la bouche. L'analyse du propos rapporté, cela ne m'intéresse pas."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info