La France fait-elle les bons choix face au virus ?

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

J.F.
Publié le 25 février 2021 à 8h30
JT Perso

COVID-19 - Jean Castex doit une nouvelle fois prendre la parole ce jeudi, mais le ton s'annonce différent. Face à une reprise épidémique désormais jugée "très préoccupante" dans une dizaine de départements, le gouvernement prépare à de nouvelles restrictions.

L’exécutif prévient : la conférence de Jean Castex ce jeudi 25 janvier sera "importante". Pas forcément sur le fond et la gravité des mesures annoncées, mais au moins sur la forme. L’heure est au changement de ton au sein du gouvernement. Fini les messages optimistes, l’ombre du reconfinement plane sur le pays. "La situation épidémique se dégrade dans notre pays", a d'ailleurs prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran ce mercredi lors d'un déplacement à Dunkerque, où il a annoncé la mise en place d'un confinement le week-end dès vendredi, sur le modèle de ce qui a été décidé à Nice. 

Une dizaine de départements, où selon les mots de Gabriel Attal la situation sanitaire est "très préoccupante", sont plus menacés que d'autres par l'ombre du reconfinement. Le porte-parole du gouvernement a indiqué à l’issue du Conseil des ministres que cette dégradation "impos[ait] des mesures rapides et fortes". Elles pourraient être annoncées ce jeudi par le Premier ministre, qui animera le point presse hebdomadaire consacré à l’épidémie de Covid-19 auprès du ministre de la Santé. Cela n’avait plus été le cas depuis plusieurs semaines, signe que la situation a évolué et s’est dégradée. "Nous sommes dans un moment de vérité sur l’épidémie car le variant britannique est en train de devenir majoritaire", indique-t-on à LCI.

Expliquer la méthode

Selon nos informations, Jean Castex devrait également revenir sur la méthode utilisée par le gouvernement ces derniers jours pour gérer au mieux l’épidémie, à savoir la différenciation entre les territoires. D’ailleurs, l'exécutif n’exclurait pas de la pousser jusqu’au bout, en choisissant de ne pas imposer les mêmes restrictions selon les territoires. Si le confinement le week-end comme à Nice est "une piste", indique-t-on, "chaque territoire a sa spécificité" et des modes de contamination différents. "La logique est de prendre une approche locale, de faire du cas par cas, en concertation, car les situations sont différentes au sein des régions", avait d’ailleurs expliqué mardi à l'AFP l'entourage d'Emmanuel Macron, en marge d'une visite du chef de l'Etat en Côte d'Or. 

Lire aussi

Enfin, le Premier ministre devrait rappeler aux Français qu’ils ne doivent pas relâcher leurs efforts, au risque de tous se voir imposer un reconfinement général. "Tous nos efforts doivent se poursuivre" pour "éviter d'avoir à décider d'un nouveau confinement national", a déjà prévenu Gabriel Attal ce mercredi. 

Le 19 février dernier, Emmanuel Macron avait estimé qu’il fallait "8 à 10 jours pour voir si on resserre ou on relâche les contraintes" sanitaires. Aucune prise de parole du chef de l'Etat n'est prévue à l'heure actuelle.


J.F.

Tout
TF1 Info