La France face à une 3e vague d'ampleur

Macron souhaite "des mesures restrictives et dissuasives" à l'encontre des Français souhaitant skier à l'étranger à Noël

Justine Faure
Publié le 1 décembre 2020 à 16h22, mis à jour le 2 décembre 2020 à 0h14
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

SANCTIONS - Le président de la République a déclaré ce mardi que le gouvernement allait se pencher sur "des mesures restrictives et dissuasives" à l'encontre des Français voulant aller skier à l'étranger à Noël. "Elles seront affinées dans les prochains jours", a-t-il annoncé.

Pas question d'aller skier à l'étranger à Noël. Lors d'une conférence de presse donnée à l'Élysée en compagnie du Premier ministre belge Alexander de Croo, Emmanuel Macron a prévenu que le gouvernement envisageait de prendre "des mesures restrictives et dissuasives" à l'encontre des Français tentés d'aller skier à l'étranger à Noël, notamment en Suisse, alors que les remontées mécaniques seront fermées en France.

"S’il y a des pays hors Union européenne qui maintiennent leurs stations ouvertes, alors nous aurons des mesures de contrôle pour dissuader nos concitoyens d’aller dans des zones où on considère qu’il y a des risques d’infection et pour ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France, en Italie ou en Allemagne qui seraient amenées à fermer quand d’autres ouvriraient", a déclaré le président de la République.

"Donc oui nous aurons des mesures restrictives et dissuasives", a ajouté le chef de l'État, sans donner plus de précisions. "Elles seront affinées dans les prochains jours avec le gouvernement et en fonction aussi de cette close de revoyure que nous avons prévu vers le 11 décembre avec le Premier ministre", a-t-il ajouté. Selon les informations de LCI, le gouvernement réfléchirait à imposer une septaine aux Français contrôlés aux frontières au retour des stations de ski.

Macron en appelle à la "coordination" européenne

Tous les pays européens ne se sont pas mis d'accord pour ouvrir ou fermer leurs stations de ski. Quand la France, l'Allemagne et probablement l'Italie ont choisi la seconde option, ce n'est pas le cas de la Suisse ou de l'Espagne. "Il faut de la coordination européenne", a estimé le Président, espérant toujours "convaincre" ses partenaires de s'aligner sur la position de la France. Le Premier ministre belge a également jugé nécessaire "une solidarité entre pays" européens et a prévenu que des contrôles seraient faits aux frontières de la Belgique pour les Belges qui iraient en vacances à l'étranger.

Emmanuel Macron a dit comprendre "l'angoisse (...) des élus de montagne et des professionnels" et a assuré que tout était fait pour "pouvoir recommencer au plus tôt possible en janvier" les activités de montagne. Mais les stations sont "des lieux de brassage""il fait nuit à partir de 17 heures" et où "on se retrouve dans des lieux qu'on a loués à plusieurs. On sait que c'est comme cela qu'on s'infecte et donc on cherche plutôt à l'éviter" pour "ne pas sacrifier tous les efforts qu'on fait"


Justine Faure

Tout
TF1 Info