Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Réanimations saturées : Emmanuel Macron promet aux médecins qu'il fera "ce qu'il faut"

V.M avec le service politique TF1/LCI
Publié le 17 mars 2021 à 10h22, mis à jour le 17 mars 2021 à 15h46
JT Perso

Source : La Matinale LCI

DÉCISION IMMINENTE - Un nouveau conseil de défense se tient mercredi pour décider de nouvelles restrictions sanitaires, avec la perspective d'un confinement en Ile-de-France. Mardi soir, lors d'une réunion, Emmanuel Macron a promis à des médecins réanimateurs d'agir pour qu'ils n'aient pas à faire un "tri" entre les patients.

Les signaux d'un nouveau durcissement à venir se confirment. Le gouvernement organise mercredi un conseil de défense pour décider de possibles restrictions supplémentaires, notamment en Ile-de-France, afin de contenir la vague qui submerge les capacités en réanimation des hôpitaux. Alors que l'hypothèse d'un confinement de la région capitale est sur toutes les lèvres, Emmanuel Macron a laissé entendre aux soignants, lors d'une réunion qui s'est tenue mardi soir, qu'il prendrait des mesures. 

Le chef de l'État a échangé dans la soirée avec plusieurs médecins responsables de services de réanimation, dont Marc Leone (APHM), Jean-Philippe Rigaud (CH Dieppe), Jean-Michel Constantin (Pitié-Salpêtrière), Claire Boulle (CH Douai), Arnaud Galbois (hôpital privé Quincy) et Eric Maury (Saint-Antoine). 

"Je ferai ce qu'il faut"

Lors de cette réunion qui a duré près d'une heure, le président de la République a promis en substance aux soignants de "faire ce qu'il faut pour qu'ils n'aient pas à choisir les patients en réanimation", ce fameux "tri" entre patients tant redouté dans le milieu hospitalier, selon le récit fait à LCI par l'un des participants. Selon cette source, Emmanuel Macron a bien évoqué la possibilité d'un confinement avec les médecins, qui ont plaidé pour cette option afin de freiner la progression des contaminations. Le chef de l'État a également questionné les soignants sur des aspects plus techniques de cette saturation en réanimation, comme le sujet du rajeunissement des patients reçus dans ces services. Globalement, Emmanuel Macron s'est montré "ouvert au dialogue", selon ce participant. 

"Le Président a pris un engagement qui est majeur, c’est que l’on n'ait jamais à trier et à sélectionner les patients et ça, c’est quelque chose que l’on voulait absolument entendre", a confirmé Marc Leone, chef du service de réanimation de l’hôpital Nord de Marseille, mercredi sur LCI. "Il nous a dit qu’il prendrait des mesures pour éviter de nous mettre dans cette situation et pour nous, c’est très important [...] Il nous a dit que les décisions seraient prises région par région, selon le profil de chaque région pour éviter d’être étranglé." 

Des décisions "à brève échéance"

"Le message principal" adressé par les médecins, "c'est qu'on ne peut pas aller au-delà de ce qu'on fait actuellement", a également indiqué à LCI Bertrand Guidet, le chef du service de réanimation de l'hôpital Saint-Antoine. "Emmanuel Macron a dit qu'il aurait des décisions à prendre rapidement. J'ai compris que des décisions seraient prises à brève échéance, du moins pour la région Ile-de-France." 

Bertrand Guidet : "Des décisions seront prises à brève échéance"Source : TF1 Info
JT Perso

À la veille d'un probable durcissement des mesures sanitaires, l'exécutif consulte tous azimuts. Mardi soir, Emmanuel Macron a également consulté, à l'Élysée, une délégation du conseil scientifique. Jean Castex, de son côté, doit réunir en visioconférence, mercredi en fin de journée, le comité de liaison parlementaire de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui comprend les chefs des groupes de la majorité et de l'opposition. 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Apathie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Chaque matin Jean-Michel Apathie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 


V.M avec le service politique TF1/LCI

Tout
TF1 Info