Covid-19 : le défi de la vaccination

"L'armée va être impliquée" dans les vaccinodromes, annonce Alain Fischer

Y.R
Publié le 22 mars 2021 à 11h00, mis à jour le 22 mars 2021 à 23h22
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

VACCINATION - Plusieurs grands centres de vaccination vont ouvrir dans les prochaines semaines pour donner un coup d'accélérateur à la campagne vaccinale. L'armée sera mobilisée pour aider à cette tâche d'ampleur, a déclaré lundi 22 mars Alain Fischer, président du Conseil d'orientation sur la stratégie vaccinale.

La France fait un pas de plus vers les vaccinodromes. Pour amortir le flux important de nouvelles doses de vaccins prévu en avril et tenir la cadence, à savoir 10 millions de premières injections à la mi-avril, 20 millions le mois suivant, et 30 millions d'ici la fin juin, l'exécutif va déployer de grands centres de vaccination à travers le pays. "Il y en a déjà qui fonctionnent à une grande échelle", a rappelé le Pr Alain Fischer, coordinateur de la campagne de vaccination, invité de BFMTV ce lundi 22 mars. 

Longtemps honnies par le gouvernement, qui redoutait le fiasco des 1000 centres XXL, mis en place en 2009, pour lutter contre la grippe A (H1N1), ces usines à vacciner ont retrouvé du crédit aux yeux de l'exécutif face à l'ampleur de la tâche. Dans le Pas-de-Calais, trois vaccinodromes ont été mis en place début mars à Calais, Boulogne-sur-Mer et Béthune. Ont suivi la semaine dernière le Vélodrome de Marseille, le Palais des Expositions de Nice ou encore le Zénith de Toulon. Prochainement, c'est le Stade de France, l'enceinte qui accueille les matchs de l'équipe de France, qui va se transformer. Plus de 2000 personnes par jour pourront y être vaccinées dès le mois d'avril, a annoncé la mairie de Saint-Denis vendredi 19 mars.

Pour ce nouveau chapitre de la campagne vaccinale, l'État prévoit de faire appel aux militaires. "L'armée va être impliquée. Elle sait faire, elle a une logistique et elle participera de ces activités", a indiqué sur BFMTV le Pr Alain Fischer, le "monsieur vaccin" du gouvernement. "Plus il y a de corps professionnels et de compétences qui peuvent s'ajouter et vacciner, mieux c'est."

Vaccinodromes : le modèle gagnant ?Source : JT 20h WE
JT Perso

En revanche, l'immunologue s'est opposé à l'éventualité d'élargir la vaccination aux Français volontaires, comme mis sur la table par la maire de Paris Anne Hidalgo la veille sur Europe 1. "Ce n'est pas une bonne idée", a-t-il jugé. "À nombre de doses égales", "la priorité, c'est vraiment (...) d'abord de protéger les personnes les plus fragiles qui sont susceptibles d'être hospitalisées, d'aller en réanimation et de décéder plus que d'autres". "Il faut encore tenir quelques mois, on a fait le plus gros du chemin", a-t-il ajouté. "Pour que la vie redevienne normale, il faut que la circulation du virus ait franchement diminué et que les personnes les plus vulnérables - 20 millions de Français - soient protégées. D'ici fin mai, on ne devrait pas être loin du but."

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 


Y.R

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info