Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis : récit d'une journée auprès des soignants

La rédaction de LCI
Publié le 7 avril 2020 à 21h10
JT Perso

Source : TF1 Info

VISITE - Ce mardi, le président de la République Emmanuel Macron a rendu visite aux soignants en Seine-Saint-Denis, un des départements les plus touchés par le Covid-19. Le chef de l'Etat a notamment été interpellé sur le manque de moyens du personnel hospitalier.

Une visite symbolique dans un département lourdement frappé. Alors que la France entame sa quatrième semaine de confinement en raison de l’épidémie du Covid-19, le président de la République s’est rendu ce mardi à Pantin, en Seine-Saint-Denis, l’un des départements les plus touchés par le Covid-19 et souffrant d'un "excès de mortalité exceptionnelle". Entre le 21 et le 27 mars, le nombre de décès a effectivement bondi de 63%, provoquant la saturation des services de pompes funèbres.

Au cours de cette visite, Emmanuel Macron a martelé aux habitants l’importance d’appliquer les gestes barrières, leur demandant de respecter les règles et de rentrer chez eux, alors qu’un attroupement s’était produit autour du chef de l’Etat pour le voir et le solliciter. Le président a néanmoins tenu à remercier les habitants qui "respectent le confinement de manière remarquable", dans "un département où il y a beaucoup de pauvreté".

Lire aussi

Même les plans les mieux pensés n'avaient pas envisagé que les pays seraient touchés en même temps.

Emmanuel Macron, président de la République.

Le chef de l’Etat s’est rendu à la Maison de santé pluridisciplinaire de Pantin, où il a notamment été interpellé sur le manque de matériel pour les soignants. Un responsable lui a expliqué qu'ils manquaient de certains équipements de base, avec "de grosses difficultés pour les surblouses". "Je n'en n'ai pas assez", a témoigné une infirmière, en indiquant qu'elle lavait ses deux blouses jetables "tous les soirs" pour les porter à tour de rôle.

Le président lui a répondu que tout était mis en œuvre par l’Etat pour les "soulager", en "démultipliant" la production et les importations. "Même les plans les mieux pensés n'avaient pas envisagé que les pays seraient touchés en même temps", a-t-il ajouté pour justifier le déficit de masques et d'équipements. "Ce qu'on pensait sans valeur il y a six mois ou un an, d'un seul coup" est devenu rare, selon lui.

"C'est la débrouille"

Après avoir assisté à une téléconsultation, M. Macron s’est ensuite rendu dans l’après-midi, vers 17h, au centre communal d'action sociale (CCAS) de La Courneuve, et a de nouveau été interpellé sur le manque de masques et de protections. "C'est la débrouille" pour se procurer des masques, témoigne le maire de La Courneuve Gilles Poux (PCF), en expliquant devoir s'appuyer sur "les dotations d'entreprises privées".

Lire aussi

Egalement interpellé sur les tests, Emmanuel Macron a souligné que, pour les lancer, il faut d'abord "les stabiliser" au niveau scientifique. Et il évoque les premiers résultats menés dans l'Oise, qui montreraient que 15% à 20% de la population est désormais immunisée, selon l'Elysée. Emmanuel Macron devrait s’adresser aux Français avant la fin de la semaine pour aborder la stratégie du gouvernement dans cette période de confinement.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info