Corse : Gérald Darmanin reporte un déplacement prévu cette semaine, faute de "conditions sereines"

par J.F. avec AFP
Publié le 5 février 2024 à 8h02

Source : TF1 Info

Gérald Darmanin devait se rendre mercredi et jeudi en Corse pour poursuivre les discussions sur le statut de l'île.
Mais le ministère de l'Intérieur a annoncé, dimanche, un report "de quelques semaines" car "les conditions sereines ne sont pas réunies".
Il invoque notamment l'absence de condamnation "par les responsables politiques insulaires" de "l’envahissement de la propriété du garde des Sceaux" samedi.

Les relations se tendent entre le gouvernement et les élus corses. Alors que depuis plusieurs mois, les discussions se poursuivent entre les deux parties sur le statut de l'île, et que pour cela le ministre de l'Intérieur se rend à intervalles réguliers sur place pour avancer sur cette autonomie souhaitée, Beauvau a fait savoir ce dimanche 4 février que la visite de Gérald Darmanin prévue mercredi et jeudi prochains était reportée "de quelques semaines". Une décision motivée notamment par l'absence de condamnation "par les responsables politiques insulaires" de "l’envahissement de la propriété du garde des Sceaux" samedi.

"Gérald Darmanin effectuera des consultations politiques d’élus corses cette semaine à Paris", a précisé le ministère de l'Intérieur, alors qu'une enquête a été ouverte par le parquet de Bastia pour violation de domicile et dégradations aggravées après l'intrusion de militants indépendantistes dans une maison présentée par ceux-ci comme appartenant à Éric Dupond-Moretti, dans le village de Centuri (Haute-Corse). Sur X, le mouvement indépendantiste Core in Fronte a revendiqué une "opération symbolique et politique" visant le "domicile secondaire" du ministre, afin de "dénoncer les mécanismes répressifs en Corse".

Le gouvernement insatisfait des propositions des élus corses

Le report est également motivé par l'insuffisante avancée des élus de Corse sur la copie commune qu'ils doivent présenter, selon une source proche du dossier. Ce report vise aussi à leur donner "plus de temps" pour travailler, précise-t-on de même source. 

"Pour Core in Fronte, le gouvernement crée lui-même une situation de tension avec sa répression provocatrice" et "joue la carte du pourrissement et de la tension répressive pour faire échouer les discussions", a-t-il réagi auprès de l'AFP. Concernant le manque de position commune des élus corses évoqué par la source proche du dossier, Core in Fronte demande qu'"au lieu de manœuvrer pour un consensus au rabais, le gouvernement (respecte) le choix démocratique et majoritaire des corses exprimé par la motion du 5 juillet 2023 qui demande la reconnaissance du peuple corse et de ses droits avec un titre (dans la constitution) et une véritable autonomie".


J.F. avec AFP

Tout
TF1 Info