Coups de feu mortels à Paris : la classe politique rend hommage aux victimes et aux forces de l'ordre

Publié le 23 décembre 2022 à 14h21, mis à jour le 23 décembre 2022 à 15h11

Source : TF1 Info

Au moins trois personnes sont décédées ce vendredi après avoir été touchées par des tirs survenus dans le 10e arrondissement de Paris.
L'ensemble de la classe politique a rendu hommage aux victimes et au travail des forces de l'ordre.

Au moins trois morts et plusieurs blessés. C'est le terrible bilan des coups de feu survenus ce vendredi dans le centre de Paris, rue d'Enghien (10e arrondissement), au niveau d'un centre culturel kurde. Alors que les motivations du suspect sont toujours inconnues, maires, membres du gouvernement et députés de tous bords ont réagi et salué les victimes ainsi que le travail des forces de l'ordre.

"Merci aux forces de l’ordre pour leur intervention décisive ce matin lors de la terrible attaque dans le 10e. Pensées émues aux victimes et à leurs familles. Nous sommes à leurs côtés", a tweeté l'édile de Paris Anne Hidalgo (PS), annonçant l'ouverture d'une cellule psychologique à la mairie d'arrondissement. "J’adresse toutes mes condoléances et ma solidarité aux proches des victimes et à la communauté kurde durement touchée", a également indiqué la maire du 10e, Alexandra Cordebard. 

La maire du 7e arrondissement Rachida Dati (LR) a adressé sa "compassion la plus sincère aux victimes de la terrible fusillade survenue ce matin rue d’Enghien. (...) Je salue la rapidité et l’efficacité des forces de l’ordre, sans lesquelles le bilan aurait pu être bien plus lourd". "Mes pensées les plus chaleureuses vont aux victimes et à leurs familles. Je tiens à exprimer ma reconnaissance aux forces de l’ordre qui ont rapidement interpellé l’auteur des faits. Toute la lumière doit être faite", a abondé la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (LR). 

Au sein du gouvernement, la Première ministre Elisabeth Borne a adressé son "plein soutien aux victimes de la fusillade mortelle à Paris et à leurs proches" et sa "gratitude envers les policiers de la préfecture de police de Paris qui ont interpellé l’auteur présumé de cet acte odieux, aux pompiers de Paris engagés".   

LFI dénonce une attaque raciste

Du côté de La France insoumise, les messages publiés sur Twitter rendent unanimement hommage aux victimes et à la communauté kurde. "Tristesse et colère", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, qui qualifie cette attaque de "terroriste" et réclame la "protection de nos alliés kurdes ici et là-bas". "Pensées émues pour les victimes et leurs proches", a tweeté Clémentine Autain. La députée insoumise estime que "l'extrême droite semble avoir encore frappé", alors que le suspect était visé par une information judiciaire pour violences à caractère raciste avec armes. "Profonde tristesse et indignation face à l’attaque raciste à proximité du centre culturel kurde perpétré ce jour en plein cœur de la capitale", a déclaré la cheffe des députés insoumis Mathilde Panot, réclamant la neutralisation de "l’extrême droite raciste".

"Aujourd'hui, le criminel s'est attaqué aux Kurdes. Ce qui s'est passé doit réveiller chacun d'entre nous sur le danger que représente l'extrême droite. Donner une légitimité au racisme, c’est armer les identitaires", a commenté le numéro un du PS Olivier Faure.

Au Rassemblement national, Marine Le Pen a fait part de sa "stupeur" et de son "émotion". "Merci aux forces de l’ordre pour leur rapide et décisive intervention. Nos pensées vont aux familles des proches frappées par ce terrible drame", a-t-elle écrit sur Twitter. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info