Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : "Les principaux lieux de contaminations sont connus", affirme Jean Castex

La rédaction de LCI
Publié le 15 décembre 2020 à 11h07, mis à jour le 15 décembre 2020 à 17h38
JT Perso

Source : JT 13h WE

ÉPIDÉMIE - Selon le Premier ministre, une étude nationale sur les lieux de contamination du coronavirus sera disponible cette semaine. D'après les premiers éléments à sa disposition, "les restaurants et les lieux clos" se révèlent être les principaux vecteurs de clusters.

Invité ce mardi 15 décembre sur Europe 1, le Premier ministre a indiqué qu’une étude nationale menée par le professeur Arnaud Fontanet allait être diffusée incessamment. Si on "dispose d'études scientifiques internationales", "une étude nationale" va être publiée cette semaine sous l'autorité du professeur Fontanet, décrit Jean Castex. Il précise qu’elle sera complétée par les expériences de dépistages massifs menées comme au Havre (Seine-Maritime) et à Charleville-Mézières (Ardennes). Disposant "des pré-élements" de cette étude réalisée par l'épidémiologiste à l'Institut Pasteur, il assure d'emblée qu'elle confirme "les arbitrages" et les choix du gouvernement : "La science rejoint le bon sens", dit-il.

Selon les premiers éléments, "les lieux de contaminations sont des lieux privés, des restaurants, des cafés", énumère-t-il. Soit "des lieux clos où vous ne pouvez pas garder votre masque, où vous restez ensemble, où les interactions sont plus fortes", à l'instar aussi "des salles de sport, des discothèques", nommément cités par le Premier ministre. "Le virus n'est pas différent en Allemagne" dit-il, faisant référence aux études internationales, avec lesquelles cette étude nationale devrait être synchrone. Cette dernière devrait ainsi aider le gouvernement à arbitrer en cas de troisième vague de la pandémie.

Réouverture incertaine des restaurants le 20 janvier

Cette étude nationale devrait par ailleurs expliquer le fait qu'il n'y a pas "d'autres alternatives pour les lieux culturels" alors qu'une manifestation du monde de la culture a lieu ce mardi. " Nous estimons que ces mesures sont nécessaires pour des raisons de sécurité et de protection des Français et des Françaises. Il n'y a pour le monde culturel aucune marque de mépris" dit-il, rendant hommage à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot qui "se bat comme une lionne pour ce secteur."

"L'exception culturelle n'est pas l'exception sanitaire", martèle le Premier ministre. "Tout le monde veut travailler et c'est normal, mais nous ne sommes pas sortis de cette deuxième vague. Nous avions planifié, en fonction de l'évolution de l'épidémie, une réouverture progressive des différents lieux. L'étape était fixée au 15 décembre. Il se trouve que les résultats ne sont pas au rendez-vous, comme partout en Europe (...) On a fixé au monde de la culture une clause de revoyure le 7 janvier et si les conditions épidémiologiques s'améliorent, on pourra envisager la réouverture." 

Lire aussi

Même constat pour les restaurants fermés : "C'est un crève-cœur de fermer les restaurants mais c'est nécessaire", assure le Premier ministre sur Europe 1. D'autant que là aussi, "on ne peut pas garantir la réouverture le 20 janvier", ajoute-t-il. "Ça va dépendre de la façon dont nous aurons passé la période de fêtes, dont j'ai déjà dit qu'elle pouvait être propice à une circulation accélérée du virus si nous n'étions pas collectivement responsables", a déclaré le Premier ministre.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info