CONTROVERSE - David Lisnard (LR) a annoncé l'ouverture de la vaccination anti-Covid aux plus de 50 ans, même sans comorbidités, dans sa commune. Une décision qui va à l'encontre des directives du gouvernement.

Vers un nouveau bras de fer entre l'exécutif et des élus locaux ? Le maire LR de Cannes a décidé jeudi d'ouvrir des rendez-vous aux personnes de moins de 50 ans, y compris sans comorbidités, pour qu'elles puissent se faire vacciner contre le coronavirus. Si selon l'élu la vaccination des "autres publics" vulnérables est désormais "terminée", le gouvernement n'a toutefois pas donné son feu vert pour étendre les personnes éligibles à la vaccination. Jusqu'alors, seuls les plus de 75 ans pouvaient se faire vacciner. Ce seuil va s'abaisser à 70 ans à partir de samedi. 

Olivier Véran l'a fermement rappelé jeudi, lors de sa conférence hebdomadaire. "Je ne qualifierai pas la décision du maire de Cannes, je regrette qu'il l'ait fait de manière autonome sans alerter ni la direction générale de l'ARS ni même le préfet, ni même les soignants qui sont mobilisés pour vacciner à Cannes et partout ailleurs en France", a-t-il déclaré. "Je suis certain parce que je le sais, que l'on peut trouver à Cannes, des personnes âgées de 85, 90 ans, qui n'ont pas encore été vaccinées comme partout ailleurs en France et qui ne comprendront pas que des personnes de plus de 50 ans en très bonne santé, puissent avoir un rendez-vous", a encore affirmé le ministre de la Santé. "Ce sont elles (les personnes vulnérables, ndlr) qu'il faut protéger en priorité", martèle-t-il.

Lisnard persiste et signe

Plus tard dans la soirée, David Lisnard ne s'est pas rétracté. Bien au contraire. L'édile a répondu aux attaques du ministre sur Twitter, se disant "étonné qu'(Olivier Véran) polémique et déjuge le président qui demande de vacciner 'matin, midi et soir'". "Donc, ayant terminé les autres publics, nous ouvrons la prise de rendez-vous pour les plus de 50 ans", continue-t-il. "Bon sens", conclut-il de manière cinglante.

Dans un communiqué publié dans la foulée, le maire de Cannes a complété son argumentaire. "Nous avons ouvert la prise de rendez-vous pour les plus de 50 ans, y compris sans signe de comorbidité, car nous avons enfin de la visibilité en termes de dotations. Si nous sommes en capacité de le faire aujourd'hui, c'est parce que nos vaccinodromes sont opérationnels depuis le 4 janvier, quand le gouvernement prétendait qu'ils n'étaient pas utiles", grince-t-il estimant qu'il n'avait rien à se "reprocher". Reste désormais à voir qui aura le dernier mot entre la municipalité et un gouvernement largement critiqué pour sa gestion de la campagne de vaccination. 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info