Covid-19 : le défi de la vaccination

Obligation vaccinale : qu'en pensent les syndicats, consultés par Elisabeth Borne ?

Publié le 9 juillet 2021 à 14h36
Obligation vaccinale : qu'en pensent les syndicats, consultés par Elisabeth Borne ?

Source : AFP

TOUR D'HORIZON - La ministre du Travail consulte ce vendredi les partenaires sociaux sur la vaccination obligatoire de certaines professions. Comment ces derniers envisagent-ils cette évolution probable ?

Les consultations autour de la vaccination obligatoire pour certaines professions se poursuivent. Alors qu'une quatrième vague se profile, le sujet est plus que d'actualité pour le gouvernement, qui en discutera lundi prochain en Conseil de défense sanitaire, et pourrait présenter un texte rendant obligatoire la vaccination de professions en contact avec du public dès le lendemain en Conseil des ministres. La ministre du Travail Elisabeth Borne reçoit les partenaires sociaux pour en discuter ce vendredi. 

CFDT et Medef y sont favorables

Plusieurs se sont déjà prononcés en faveur de la vaccination obligatoire pour certains salariés, si l'incitation n'était plus suffisante. Dimanche 3 juillet, dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger et le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux ont appelé ceux "qui ne sont pas protégés du virus à se faire vacciner sans tarder. C’est un acte d’engagement individuel tout autant qu’une démarche de responsabilité. Nous sommes attachés à deux principes : le volontariat et le secret médical. Le premier peut toutefois connaître des exceptions pour les salariés au contact du public au nom de l’indispensable protection des autres"

Ce vendredi sur RMC, Laurent Berger a toutefois mis en garde contre une forme de discrimination à l'égard des salariés non-vaccinés dans les entreprises. "L'employeur n'est pas obligé de savoir si vous êtes vacciné, car on ne veut pas en faire un motif d'exclusion des salariés", a-t-il déclaré.

Lire aussi

CGT et FO hostiles

La vaccination obligatoire des soignants, la CGT y est opposée. Pour son leader Philippe Martinez, "la rendre obligatoire c’est contraindre sans convaincre". Lundi dernier sur LCI, il a déclaré : "il faut voir pourquoi une partie des soignants ne veut pas se faire vacciner, il y a certainement des raisons, donc il vaut mieux discuter plutôt que d’imposer"

Force ouvrière est sur la même ligne. "Il faut partir du principe que c’est un choix individuel et que ça doit le rester", a déclaré auprès de l'AFP Didier Birig, secrétaire général de FO-Santé. Et "si l’employeur, c’est-à-dire le ministère, décide de rendre la vaccination obligatoire, on demande qu’il s’engage à ce que toutes les complications potentielles soient prises en charge car rien ne nous dit qu’il n’y aura pas de complications à terme, comme on l’a déjà vécu avec l’hépatite B." Une référence au vaccin contre l'hépatite B qui, s'il provoque de rares effets indésirables légers, a longtemps été accusé à tort de provoquer la sclérose en plaque, aucune étude n'ayant démontré un lien. 

Un "impératif moral et déontologique"

Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), estime lui qu'un soignant qui refuse de se faire vacciner est une "erreur de casting", que "se faire vacciner pour protéger les patients les plus faibles est un impératif moral et déontologique". Mais il pense que l'obligation n'est pas la bonne solution, et se dit même "choqué par la communication du gouvernement". "On sert de pare-feu, à éloigner l’attention du public des vraies difficultés", estime-t-il.

Ce mercredi, une quinzaine d'organisations professionnelles s'étaient dites favorables à l'obligation vaccinale des soignants, plaidant également pour que des sanctions soient prises envers ceux qui dérogeraient à l'obligation, une fois décidée. Le ministre de la Santé lui-même a évoqué "des sanctions graduées en cas de non-respect d'une telle obligation".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info