La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Le gouvernement n'exclut pas de nouvelles restrictions d'ici au 31 décembre

La rédaction de LCI
Publié le 21 décembre 2021 à 12h10, mis à jour le 21 décembre 2021 à 15h08
JT Perso

Source : TF1 Info

TOUR DE VIS ? - Alors que le variant Omicron s'apprête à devenir majoritaire en France, le gouvernement n'exclut pas de mettre en place de nouvelles restrictions d'ici au 31 décembre.

"Nous entrons dans une période de fortes turbulences", a prévenu le porte-parole du gouvernement ce mardi sur France 2. Si les Français pourront passer Noël en famille en se montrant prudents, l'exécutif n'exclut pas de faire de nouvelles annonces d'ici au 31 décembre. "Nous avons déjà annoncé des mesures sur le 31 décembre", a expliqué Gabriel Attal en référence à l'annulation des concerts ou feux d'artifice organisés par les communes et à l'interdiction des regroupements et de la consommation d'alcool sur la voie publique le soir de la Saint-Sylvestre. 

Mais "si nous constatons qu’il y a une reprise très forte liée au variant omicron et un risque, évidemment qu’on pourra aller au-delà", a-t-il ajouté, s'en tenant à sa ligne de ne jamais rien exclure "par principe".

Vers un prolongement des vacances scolaires ?

Lire aussi

"Le variant Omicron est nettement plus contagieux que tout ce qu'on a connu : il se développe 70% plus rapidement que les variants précédents et, tous les deux à trois jours, le nombre de cas double", a-t-il souligné en s'appuyant sur la "progression absolument foudroyante" déjà observée au Royaume-Uni. "Le point d'interrogation, c'est la part des cas graves qui nécessitent une hospitalisation", a-t-il précisé.

Lundi, un conseiller gouvernemental rappelait à LCI qu'avant de prendre de nouvelles mesures l'exécutif "prenait en compte la situation à l’instant T et la charge hospitalière". "Pour qu’une mesure ne paraisse pas incantatoire, il faut que l’épidémie l’impose. On a toujours fonctionné comme ça", ajoutait-il. "Attendons de voir, les mesures restrictives maintenant nous ne savons pas si ce serait pisser dans un violon ou pas." 

L'une des mesures réclamées par l'opposition, notamment la candidate LR à l'élection présidentielle Valérie Pécresse, est la prolongation d'une semaine des vacances scolaires. Mais selon Gabriel Attal ce n'est pas "du tout une hypothèse privilégiée" par le gouvernement, qui ne l'envisage qu'en "ultime recours". Selon les informations de LCI, l'hypothèse a également été écartée par le Premier ministre lors d'une réunion avec les associations d'élus locaux.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info