Crèche de Noël : Marion Maréchal Le Pen s'attaque à Christian Estrosi, ce dernier ironise

Xavier Martinage avec AFP
Publié le 14 décembre 2016 à 8h47, mis à jour le 14 décembre 2016 à 17h05
Crèche de Noël : Marion Maréchal Le Pen s'attaque à Christian Estrosi, ce dernier ironise
Source : BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

IDENTITÉ - Le groupe Front national a déposé une motion au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte-D’Azur pour demander l'installation d'une crèche de Noël dans les locaux de la région. "Mme Le Pen a enfin une idée", répond Christian Estrosi, qui explique laisser le choix aux agents.

La crèche de Noël est au coeur d'une nouvelle "bataille" dans laquelle s’est lancée le Front national dans la région. Mardi 13 décembre, le groupe Front national a déposé au Conseil régional de PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) une motion afin de demander l’installation d’une crèche dans les locaux, a annoncé la députée FN Marion Maréchal-Le Pen.

Dans un communiqué, la députée du Vaucluse s'est émue qu'"à onze jours de Noël, aucune crèche n'ait été installée dans les locaux du Conseil régional à Marseille".

Alors que le Conseil d'Etat, le 9 novembre 2016, a justifié l'installation des crèches de Noël si elles représentaient un intérêt culturel, en plus du symbole cultuel, Christian Estrosi n'a pas jugé bon d'en dresser une.
Marion Maréchal-Le Pen

Une déclaration à laquelle Christian Estrosi a aussitôt répondu... avec ironie. "Voilà un an, un an quasiment jour pour jour, qu’on attend que Mme Le Pen formule, ne serait-ce qu’une proposition : ça y est ! Mme Le Pen a enfin une idée : l’installation d’une crèche de Noël à l’Hôtel de Région", écrit-il dans un communiqué.

Le président de région explique laisser le choix aux agents "sur l'ensemble des sites, d'installer une crèche là où ils le souhaitent". Et son entourage fait d'ailleurs savoir à l'AFP qu'une crèche est installée à l'étage qu'il occupe.

Les crèches autorisées par le Conseil d'Etat

Cette polémique intervient en plein débat identitaire en France et en Europe et d'une remise en question du principe de laïcité un peu plus d’un mois après l’avis rendu par le Conseil d’Etat validant l’installation de crèches dans les bâtiments officiels publics.

Le 9 novembre dernier, le rapporteur public avait tranché estimant qu’en dépit du respect de la loi 1905 garantissant le respect du principe de laïcité et de neutralité, rien n’interdisait l’installation d’une crèche dans un bâtiment public.

Le Conseil d’Etat précisait alors que "l’installation temporaire à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais non si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse". Pas de mention d'intérêt "cultuel", comme s'en réclame la jeune députée.

Mais début décembre, la ville d'Hénin-Beaumont, dirigée par le Front national, s'était vue condamner pour l'installation d'une crèche en décembre 2015.

Défendant "l'art santonnier" comme "un symbole de la culture et de l'identité de notre région", le FN a ainsi demandé aux élus de la majorité Les Républicains de "dépasser les clivages politiques pour voter (avec nous) cette mesure de bon sens".

Une nouvelle prise de position franche de la part de la députée du Vaucluse, quelques jours après avoir été recadrée par Marine Le Pen sur la question du remboursement de l’IVG.

JT 13H - Les crèches, une tradition de Noël encore très appréciéeSource : JT 13h Semaine
Cette vidéo n'est plus disponible

Xavier Martinage avec AFP

Tout
TF1 Info