Lors de ses vœux aux Français, le 31 décembre dernier, Emmanuel Macron s'était demandé "qui aurait pu prédire la crise climatique".
Des propos qui ont beaucoup fait réagir, auxquels le chef de l'État a tenté d'apporter une réponse ce mardi.
"J'ai simplement voulu dire que c'est allé encore plus vite que prévu", a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée sur YouTube.

C'était sans doute la phrase la plus partagée de ses vœux aux Français. Le 31 décembre au soir, comme le veut la tradition, le président de la République Emmanuel Macron a pris quelques minutes pour revenir sur 2022 et souhaiter une bonne année à ses concitoyens. Durant son discours, le chef de l'État s'était demandé "qui aurait pu prédire la vague d'inflation, ainsi déclenchée (par la guerre en Ukraine), ou la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays". Des mots qui avaient suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux ou dans une partie de la classe politique.

"Je crois, manifestement, qu'il y a une partie de ces vœux où j'ai été mal compris", se défend Emmanuel Macron ce mardi, dans une vidéo diffusée sur YouTube, dans laquelle il répond aux questions des internautes sur le climat. "Il y a eu beaucoup, beaucoup de réactions. Alors bon, je vais plaider", poursuit-il face caméra.

Une attaque "pas très crédible"

"On a voulu me faire dire qu'au fond, je n'aurais jamais lu aucun rapport du GIEC, de l'IPBES (une plateforme intergouvernementale scientifique, NDLR), de tous les experts, et que je découvrais en 2022 les dérèglements climatiques", déplore le chef de l'État. "J'ai beaucoup d'humilité, mais cela fait des années que nous agissons. Ce n'est pas très crédible comme attaque. J'ai le sentiment qu'il y a quand même eu beaucoup de mauvaise foi."

"J'ai simplement voulu dire qu'au fond, c'est allé encore plus vite que prévu. Et ça, je crois que c'est assez vrai", assure-t-il. "Même tous ceux qui, depuis des années, alertent sur l'effondrement de la biodiversité, sur le dérèglement du climat, ont dit 'regardez l'été dernier, cela va encore plus vite que nous l'avions prédit et nous sommes encore plus touchés qu'on ne l'avait prévu'. Je n'ai rien voulu dire de plus."

D'après Emmanuel Macron, sa phrase polémique était plutôt "un message d'alerte écologique", que le chef de l'État a senti "caricaturé en un message de déni". "Il suffit de regarder ce que nous avons fait ces dernières années et ce que nous allons continuer de faire", défend-il encore.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info