LE WE 13h

La procédure de dissolution de Génération identitaire enclenchée par Darmanin

La rédaction de LCI, avec AFP
Publié le 14 février 2021 à 10h10, mis à jour le 15 février 2021 à 8h40
JT Perso

Source : JT 13h WE

RACISME - Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué samedi 13 février avoir engagé la procédure de dissolution du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire.

"Génération identitaire : la procédure de dissolution est enclenchée. Cette organisation a désormais 10 jours pour répondre au contradictoire", a indiqué Gérald Darmanin samedi 13 février au soir sur Twitter. L'organisation d'extrême droite en a été notifiée vendredi 11 février, selon franceinfo. Le ministre de l'Intérieur avait évoqué cette procédure dès le 26 janvier après une opération anti-migrants dans les Pyrénées du groupuscule. Une enquête préliminaire pour "provocation publique à la haine raciale" a été ouverte dans la foulée.

Confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Saint-Gaudens, elle est justifiée par "des propos tenus sur cette banderole très clairement anti-immigration et surtout la raison pour laquelle cette banderole a été déployée", avait expliqué le procureur de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), Christophe Amunzateguy. Une plainte de SOS Racisme a également été recueillie.

"Scandalisé" par cette opération, Gérald Darmanin a demandé aux services de son ministère de "réunir" les éléments permettant "de proposer la dissolution" du groupe. Les actions du groupuscule pourraient relever, selon le code de la sécurité intérieure (CSI), de "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine".

Le 13 juin 2020, Génération identitaire avait également perturbé une manifestation contre les violences policières en déployant depuis un balcon de la place de la République à Paris une banderole sur laquelle était inscrit "Justice pour les victimes du racisme anti-blanc - White Lives Matter".

Une organisation difficile à dissoudre

En décembre, Génération identitaire et trois de ses cadres avaient été relaxés par la cour d'appel de Grenoble pour des précédentes opérations anti-migrants menées en 2018 dans les Alpes, à la frontière franco-italienne. En 2019, les dissolutions de plusieurs groupuscules d'ultradroite, dont Bastion social, Blood and Honour et Combat 18, ont été prononcées à la demande d'Emmanuel Macron, mais celle de Génération identitaire apparaissait plus difficile à matérialiser.


La rédaction de LCI, avec AFP

Tout
TF1 Info