Invitée de "Bonjour ! La Matinale TF1", la députée Laure Lavalette assure que le Rassemblement national va déposer prochainement une motion de censure face à la dégradation des finances publiques.
La porte-parole du groupe RN à l'Assemblée met la pression sur Les Républicains, qu'elle accuse d'être "la béquille du gouvernement".

L’échéance se rapproche. Fin avril, le Rassemblement national (RN) a brandi la menace d'une motion de censure d'ici à la fin mai si le gouvernement ne présentait pas un budget rectificatif (PLFR) avant les élections européennes, dont le vote a lieu le 9 juin. Invitée de "Bonjour ! La Matinale TF1" ce mardi 28 mai, la députée Laure Lavalette a assuré que le parti d'extrême droite allait bien déposer une motion de censure face à la dégradation des finances publiques. "Elle arrive, on va la déposer", affirme l'élue du Var, sans préciser à quel moment.

La porte-parole du groupe RN à l’Assemblée nationale en a profité pour mettre la pression sur Les Républicains (LR). Cette motion de censure "sera l’occasion de voir ce que vont faire les LR : vont-ils être encore une fois de plus la béquille du gouvernement ou vont-ils la voter, ce qui permettra que l’on revienne aux urnes ?" s’est-elle interrogée. 

Les Insoumis, aussi ?

Dimanche, le député RN Jean-Philippe Tanguy avait déjà souligné que l’objectif de son parti était de "mettre la pression" sur les députés LR, accusés de se "cacher". Le texte du RN, qui a peu de chance d'être adopté faute d'une majorité à l'Assemblée, n'a pas tant vocation à "espérer quelque chose de ce gouvernement qui est déjà dans la banqueroute" qu'à "mettre la pression sur Les Républicains", a expliqué l'élu de la Somme. "Ce sont les députés LR qui sauvent la peau de ce gouvernement depuis deux ans, en particulier sur les budgets" adoptés au 49.3 et pour lesquels ils ne votent pas la censure. 

Le groupe La France insoumise (LFI) avait lui aussi brandi le même spectre du dépôt d'une motion d'ici la fin mai si le gouvernement ne présentait pas un budget rectificatif avant les élections européennes, sans pour l'instant passer à l'acte. Le 23 mai, Manuel Bompard, député et coordinateur national de LFI, évoquait auprès de Politico un dépôt le 30 mai, et donc un débat dans l’hémicycle lundi 3 ou mardi 4 juin.


JC

Tout
TF1 Info