Quelques dizaines de militants indépendantistes corses se sont rassemblés à Coti Chiavari, près de la villa de Gabriel Attal.
Une manifestation de soutien au militant Stéphane Ori, qui avait pourtant été interdite par arrêté préfectoral.

Bravant l'interdiction de la préfecture, quelques dizaines d'indépendantistes corses du parti Core in Fronte se sont rassemblés ce dimanche 7 avril sur une route de Coti Chiavari (Corse-du-Sud). Un lieu qui n'a pas été choisi au hasard puisque cette route mène à la villa de Gabriel Attal. 

Une manifestation de soutien à un militant

Les militants corses ont été rapidement empêchés d'aller plus loin et six manifestants ont tenté d'accoster à proximité de la villa à bord d'une embarcation semi-rigide, sans y parvenir. "Nous ne sommes pas là pour faire une violation de domicile, on est là pour porter un message politique clair", a souligné Paul-Félix Benedetti, patron de Core in Fronte. 

La manifestation, organisée en soutien à Stéphane Ori qui a été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d’un ou plusieurs actes de terrorisme" et écroué fin mars, a été interdite le 5 avril par arrêté préfectoral. Les autorités ont dit craindre que "des individus radicaux" soient "susceptibles de profiter de cet appel au rassemblement, qui circule actuellement sur les réseaux sociaux, pour commettre des troubles à l'ordre public".

Le 3 février, des militants indépendantistes du même parti se sont introduits dans une maison appartenant au garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, dans le village de Centuri (Haute-Corse). Une enquête a été ouverte pour violation de domicile et dégradations aggravées. Les militants ont revendiqué une "opération symbolique et politique" visant le "domicile secondaire" du ministre, afin de "dénoncer les mécanismes répressifs en Corse".


C.Q

Tout
TF1 Info