Élection présidentielle 2022

Présidentielle 2022, le récap de la semaine

La rédaction de LCI
Publié le 21 janvier 2022 à 9h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022 - Un candidat de moins à gauche : Arnaud Montebourg a fini par renoncer à sa remontada. Et trois ralliés de plus : Eric Zemmour fait le plein de transfuges du RN. On vous résume les derniers épisodes de la campagne.

VALÉRIE PÉCRESSE SE RECENTRE. Mais elle reste ferme sur les appuis. La candidate des Républicains a officiellement reçu samedi le soutien des Centristes et de l’UDI sans pour autant mollir sur le régalien. La preuve, au lendemain de ses visites à Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin, elle a rendu visite à Laurent Wauquiez. Le même Laurent Wauquiez qui, en 2019, lui donnait des envies d’ailleurs car "elle trouvait qu’il incarnait une droite radicale, trop clivante", raconte un soutien. Après avoir choyé son aile droite, Valérie Pécresse a donné des gages à un centre que convoite aussi la macronie.

ERIC ZEMMOUR LES A CONQUIS. Il stagne dans les sondages, loin derrière Marine Le Pen ou Valérie Pécresse, mais son parti voit les rangs se gonfler. Eric Zemmour peut se féliciter d’avoir cette semaine ramener quelques prises de choix. Il y a eu Guillaume Peltier, qui a abandonné la vice-présidence des LR, il y a eu Jérôme Rivière, l’eurodéputé qui portait la parole de Marine Le Pen dans cette campagne, et il parait qu’il serait encore quelques-uns à vouloir passer le cap. C’est un autre proche de la candidate du Rassemblement national qui a franchi le Rubicon ce week-end. Le médiatique avocat Gilbert Collard, "ami de plus de vingt ans" de l’ex-polémiste du Figaro, a fait le show à Cannes où il étrennait son nouveau costume de président d’honneur de Reconquête.   

ARNAUD MONTEBOURG DESCEND DU TRAIN. Celui qui annonçait début septembre la Remontada de la France jette l'éponge. Dans une vidéo, à l’heure où l’embouteillage à gauche demeure, l'ancien ministre du Redressement productif a annoncé, mercredi 19 janvier, qu'il se retirait "de la course présidentielle". "Je crois inutile et désespérant d'ajouter du désordre et de la confusion d'un trop grand nombre de candidatures", a conclu Arnaud Montebourg.  

AU PARLEMENT EUROPÉEN COMME SUR UN RING. Après que le chef de l'État s'est rendu à Strasbourg pour s'exprimer devant les députés européens, Yannick Jadot le candidat EELV à l'élection présidentielle a lâché les coups en premier : "Vous sacrifiez l'ambition climatique de l'Europe. Vous resterez dans l'histoire le Président de l'inaction climatique", a-t-il lancé à un Emmanuel Macron installé sur une chaise à 2m de lui. Jordan Bardella (RN) et Marion Aubry (LFI) n’ont pas été en reste.  

Suivez les dernières infos au sujet de cette campagne dans notre direct.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info