Macron II : les premiers jours du gouvernement Borne
En Direct

Législatives : Bruno Le Maire plaide pour une limitation à trois mandats

La rédaction de TF1info
Publié le 27 mai 2022 à 7h30, mis à jour le 28 mai 2022 à 9h47
JT Perso

En déplacement dans la Loire ce vendredi, Bruno Le Maire s'est dit favorable à la une limitation à trois du nombre de mandats législatifs.
"La place, il faut la faire aux jeunes", souligne le ministre de l'Économie.

BRUNO LE MAIRE POUR LA LIMITATION DES MANDATS LÉGISLATIFS


Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, en déplacement vendredi après-midi dans la Loire pour soutenir de jeunes candidats de la majorité présidentielle pour les élections législatives, a plaidé pour une limitation à trois du nombre de mandats législatifs.


"La place, il faut la faire aux jeunes, à ceux qui vont avoir un regard différent, des idées nouvelles pour le pays. Donc faire trois mandats c’est très bien, mais pas un de plus", a-t-il déclaré devant des journalistes à l'issue d'une déambulation dans les rues de Saint-Etienne.


"Je crois au renouvellement dans la vie politique. Je pense qu’il est essentiel de laisser sa place à de nouveaux visages, regardez Quentin, regardez Shannon", a-t-il lancé, évoquant les candidatures de Quentin Bataillon, 28 ans, et de Shannon Sebban, 26 ans, dans la 1ère et la 4ème circonscription de la Loire.

"DÉMANTELER LE PRÉSIDENTIALISME"


 Jean-Luc Mélenchon, qui espère devenir Premier ministre en remportant avec l'alliance de la gauche la majorité à l'Assemblée en juin, veut "démanteler le présidentialisme" et mettre un terme à l'exercice "solitaire du pouvoir d'un seul homme", Emmanuel Macron, explique-t-il vendredi dans Libération.


Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent "le troisième tour de l’élection présidentielle", considère qu'"un bouleversement extrêmement profond" est possible. 

ÉLISABETH BORNE VEUT DE LA "RAPIDITÉ", DE "L'EFFICACITÉ" ET DES "RÉSULTATS"


"Ces chantiers sont urgents", conclut Élisabeth Borne après avoir réuni ses ministres à Matignon. "J'ai donné à mon gouvernement trois mots d'ordre : rapidité, efficacité et résultats. Nous ferons, collectivement, un suivi continu de notre action. Nous nous réunirons en séminaire gouvernemental avant la fin du mois de juin."


Une réunion de l'ensemble des ministres à Matignon, comme ce matin, aura lieu tous les mois, a-t-elle précisé.

"TOUS LES MINISTÈRES AU DÉFI CLIMATIQUE"


Directement chargée du climat, la Première ministre Élisabeth Borne "compte mener le chantier de la planification écologique à marche rapide", déclare-t-elle. "Tous les ministères doivent se mobiliser pour faire face au défi climatique."

HÔPITAUX : ÉLISABETH BORNE VEUT "DES MESURES EFFICACES POUR L'ÉTÉ"


Autre priorité fixée par Élisabeth Borne : la santé. "Nous devons répondre à très court terme au manque de personnel" dans les services de soins, admet la cheffe du gouvernement. "Les ministres concernés doivent me faire des propositions très rapidement pour prendre des mesures efficaces pour l'été."

LE POUVOIR D'ACHAT, PRIORITÉ DU GOUVERNEMENT


"En prenant mes fonctions, j'ai affirmé une méthode : faire vivre un collectif", déclare Élisabeth Borne au début de son intervention depuis le perron de Matignon. "Chaque journée de ce quinquennat doit être utile. Les premières semaines doivent être consacrées aux urgences des Français."


En premier lieu, le pouvoir d'achat. "Nous allons amplifier les actions", promet Élisabeth Borne. "Les lois d'urgences pour le pouvoir d'achat seront les premiers textes de ce quinquennat. Il ne doit y avoir ni oublié, ni angle mort. J'ai demandé à mes ministres d'avoir une attention particulière pour les étudiants."

QUELLE FEUILLE DE ROUTE POUR LE GOUVERNEMENT ?


La Première ministre Élisabeth Borne, qui a réuni l'ensemble de son gouvernement ce vendredi matin à Matignon, doit s'exprimer dans quelques instants pour annoncer la feuille de route du nouvel exécutif. Une prise de parole à suivre sur LCI (canal 26).

UNE DETTE "QUASIMENT" REMBOURSÉE


Christian Jacob sur RTL hier a précisé que Valérie Pécresse était en passe de réunir les cinq millions d'euros dont elle avait besoin pour rembourser sa dette de campagne. Il lui manque encore 300.000 euros qu'il faudra qu'elle trouve avant le 31 mai prochain, date limite fixée par la Commission électorale pour tout rembourser.

LE GOUVERNEMENT SE RÉUNIT À MATIGNON


Une semaine après leur nomination, Elisabeth Borne réunit ses ministres à Matignon ce matin pour "définir les feuilles de route" et "partager la méthode gouvernementale".

"PAS DE GUERRE" ENTRE ERIC ZEMMOUR ET LE RN


Selon Laurent Jacobelli, élu régional du Rassemblement National, il n'y a "pas de guerre" entre Eric Zemmour et son parti, assurant qu'Eric Zemmour pouvait très bien faire campagne seul, puisqu'il avait expliqué durant toute la campagne présidentielle être "le sauveur de la France". "Premier tour, il présente des candidats, et bien on verra bien au second tour", a-t-il continué sur CNEWS, ajoutant : "S'il y a des candidats Reconquête mieux placés que nous et de valeur, et bien nous les soutiendrons".

JEAN-LOUIS BOURLANGES ALERTE FACE AU "PÉRIL" MÉLENCHON


"Quand on est candidat, on ne fait pas de scénario", a expliqué le député Jean-Louis Bourlanges à propos des législatives et alors que lui-même est député Modem dans les Hauts-de-Seine et candidat à sa réélection. Face à l'opposition que veut mener Jean-Luc Mélenchon et l'alliance de la gauche, la Nupes, Jean-Louis Bourlanges a par ailleurs été plutôt alarmiste, assurant que si ce programme économique était mis en place, cela mènerait à la situation du Venezuela. 


"Il y a péril dans la demeure", a encore prévenu le député sur France Inter, ajoutant : "À travers la démarche de Jean-Luc Mélenchon, on a une rupture avec tous les fondamentaux de notre politique républicaine, internationale, européenne, tout ce qui fait la France depuis au moins la Libération, et même depuis Léon Blum."

"SA PRATIQUE DU POUVOIR EST TROP PERSONNELLE", DÉNONCE J-C. LAGARDE À PROPOS D'E. MACRON


Le patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a appelé sur Sud Radio les Français de ne pas confier une nouvelle majorité au Président de la République. "Il ne discute que quand il est obligé, s'il a la majorité absolue, il ne va écouter que lui-même", s'est inquiété le député, ajoutant : "Sa pratique du pouvoir est trop personnelle". Il craint que cela amène le président à des "excès" provoquant de nouveaux mouvements sociaux. Par ailleurs, face à l'inflation, Jean-Christophe Lagarde a jugé le gouvernement "inerte".


À propos de Jean-Luc Mélenchon et son plan "Robin de Bois" pour lutter contre l'inflation, Jean-Christophe Lagarde a dénoncé un "plan pour les gogos". "On vous promet n'importe quoi et le lendemain, vous ne verrez pas la couleur de l'argent", a tenté d'alerter le patron de l'UDI, en s'adressant aux Français.

DÉBUT DU VOTE


Les Français vivant à l'étranger et inscrits sur les listes électorales consulaires peuvent voter par internet pour le premier tour des élections législatives dès vendredi 12H00 (heure de Paris) et jusqu'à mercredi prochain. 


Donnant le coup d'envoi de ce scrutin clé, ces électeurs à l'étranger disposent au total de quatre modalités de vote : à l’urne, par procuration, par internet et par correspondance.


Le vote par internet n'est autorisé que pour les Français établis hors de France, et uniquement pour les législatives et les élections consulaires.

Bonjour et bienvenue dans ce direct sur l'actualité politique ! Retrouvez ici toutes les informations sur les premiers pas du gouvernement Borne et sur la campagne des législatives, prévues le 12 et 19 juin prochain.

Objectif : avancer sur les priorités fixées par le président Emmanuel Macron au premier Conseil des ministres de lundi, en dépit de la période de réserve avant les législatives des 12 et 19 juin et du pont de l'Ascension. Élisabeth Borne réunit le gouvernement à Matignon vendredi matin, afin de "définir les feuilles de route des différents ministres et partager la méthode gouvernementale", selon ses services.

"C'est la méthode Borne : rapidité, efficacité et résultats", ajoute Matignon qui précise que ces rassemblements ont vocation "à être renouvelé[s] pour avoir un suivi régulier de l'action du Gouvernement et surtout, pour obtenir des résultats concrets et rapides pour les Français". Une réunion qui intervient alors que les accusations de viol visant le nouveau ministre de la Solidarité Damien Abad ont plombé les débuts de la nouvelle équipe gouvernementale. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info