Mort d'Alexeï Navalny, soutien à l'Ukraine, élections européennes... les réponses de Marine Le Pen sur LCI

par La rédaction de TF1info
Publié le 18 février 2024 à 10h27, mis à jour le 18 février 2024 à 13h30

Source : L'Evénement du Dimanche LCI

La cheffe des députés Rassemblement national Marine Le Pen était l'invitée de Marie Chantrait dans "L'Événement du dimanche LCI" ce 18 février.
L'occasion d'évoquer les prochaines élections européennes, mais aussi l'aide de la France à l'Ukraine, la mort d'Alexeï Navalny ou encore son procès à venir dans l'affaire des assistants d’eurodéputés du FN.

Ce live est à présent terminé. 

PROCES DES ASSISTANTS FN AU PARLEMENT EUROPEEN

Marine Le Pen craint-elle son procès à venir dans l'affaire des assistants d'eurodéputés FN ? "Non, nous expliquerons quelle est notre position et nous défendrons ces positions pour tenter de faire comprendre aux magistrats qu'il en va de la liberté des députés", a-t-elle assuré. 

LE RN EST-IL DANS L'ARC REPUBLICAIN ?

Samedi dans une interview au Parisien, l'ex-porte-parole du gouvernement Olivier Véran a dit considérer que le RN se situait en dehors de l'arc républicain. "L'ensemble des députés doivent faire l'objet du respect du gouvernement, et ce quelles que soient les options politiques défendues par les uns et les autres." "Ca ne passe pas par un comportement qui vise à mettre à l'écart des électeurs français", a réagi Marine Le Pen.

PEINE DE MORT

Quelle est la position du RN sur la peine de mort ? Marine Le Pen est-elle pour ou contre ? "Je ne le remettrai pas dans les lois françaises. Je suis pour l'incarcération à vie d'un certain nombre de criminels". 


"J'ai évolué sur ce sujet, j'étais pour car je réagissais comme avocate et Jordan Bardella a eu raison de dire que la suppression de la peine de mort a effondré la chaine des peines (...) car elle n'a pas été remplacée par la perpétuité réelle" et la perpétuité à vie.

DETTE DE LA FRANCE

Faut-il réduire le déficit budgétaire de la France (le pays a 10 milliards d'économies à faire pour respecter son objectif de 4,4% de déficit en 2024) ? "Bien sûr", a répondu Marine Le Pen. Emmanuel Macron "a augmenté de plus de 30%" la dette de la France, "les choix qui ont été faits étaient des mauvais choix", notamment la mise en place du bouclier énergétique que le RN a toujours dénoncé, défendant une baisse de la TVA.

RSA : FAUT-IL DES CONTREPARTIES ?

Faut-il mettre en place une contrepartie au versement des prestations sociales ? Jordan Bardella s'est dit pour la contrepartie au RSA, alors que le groupe RN avait voté contre à l'Assemblée. "Il a dit qu'il y en avait déjà car il y a une obligation de formation aux bénéficiaires du RSA", a répondu Marine Le Pen, se défendant de toute différence entre son chef de parti et son groupe.

FAUT-IL RESTREINDRE LE DROIT DE GREVE ?

"L'idée qu'il puisse y avoir des jours fixes où on puisse limiter le droit de grève dans un service public est audible. Mais pas des jours fixes à la discrétion du gouvernement", a exprimé Marine Le Pen. "Les week-end de chassé-croisé pourraient être" concernés, a-t-elle ajouté.


"Qu'il y ait un service minimum qui soit envisageable pour le rail, l'hôpital l'énergie, oui, ça se discute. Mais le problème aujourd'hui c'est la rupture de toute possibilité de négociations, liée aussi à une défiance" envers le gouvernement.

L'EX-DIRECTEUR DE FRONTEX SUR LA LISTE RN AUX EUROPEENNES

Samedi, le RN a annoncé la présence sur sa liste aux élections européennes de Fabrice Leggeri, ancien directeur de Frontex, l'agence de l'UE chargée du contrôle des frontières. Il était un directeur contesté de Frontex, régulièrement accusé par les ONG de tolérer des refoulements illégaux de migrants et s'était imposé comme un défenseur de l'imperméabilité des frontières européennes. Il avait démissionné en avril 2022 de la direction exécutive de Frontex après l'ouverture d'une enquête disciplinaire de l'Office européen de lutte antifraude, Olaf.


"C'est parce que (Fabrice Leggeri) voulait faire (de Frontex) une instance de garde-côtes européens qu'il a fini par être combattu par une idéologie d'accueil des migrants et qu'il a fini par démissionner, voyant bien qu'il n'arriverait pas à faire de Frontex l'outil de protection des frontières de l'Europe", a dit Marine Le Pen sur LCI.

CANDIDATE EN 2027 ?

Marine Le Pen sera-t-elle la candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle de 2027 ? "Je vous ai dit que j'étais candidate sauf démonstration contraire", a-t-elle répondu.

LE PEN SOUTIENT-ELLE TRUMP ?

Marine Le Pen soutient-elle Donald Trump aux prochaines élections présidentielles américaines ? "Je ne sais même pas ce qu'il compte proposer. Moi je soutiens la France. Je détermine mes positions en fonction de l'intérêt de la France. Est-ce que la politique de tel président américain est plutôt positive ou négative pour la France ? Je pense que les élections ne sont pas assez avancées pour que je puisse vous répondre."

QUELLE AIDE POUR L'UKRAINE ?

Que pense Marine Le Pen de l'accord d'aide signé entre la France et l'Ukraine cette semaine ? "La question est : pour faire quoi ? Quel est le but de cette aide ? (...) Si c'est pour entretenir une guerre de Cent ans qui va laisser l'Ukraine totalement exsangue, je pense que ça n'est pas une bonne chose pour l'Ukraine." 

"Il faut pouvoir gagner cette guerre, mais ce n'est pas en livrant de manière sporadique des armes qu'on arrivera à permettre à l'Ukraine de gagner la guerre. Sans l'Otan l'Ukraine ne peut pas gagner la guerre", a de nouveau affirmé Marine Le Pen. "Il ne faut pas laisser tomber [l'Ukraine] mais il faut savoir pour quel but on se bat."

"JE NE SOUHAITE PAS QUE L'OTAN ENTRE DANS CETTE GUERRE"

"On sait que l'Ukraine ne peut pas gagner la guerre sans l'Otan. (...) Donc quel est l'objectif ? Continuer ce massacre ? Ou on cherche les voix d'un règlement pacifique en tentant de conserver au maximum les intérêts de l'Ukraine ?", a déclaré Marine Le Pen, favorable à une négociation avec la Russie pour sortir du conflit.  

"On ne peut gagner la guerre que si l'Otan entre en guerre. (...) Et je ne souhaite pas que l'Otan entre dans cette guerre, car si l'Otan entre dans cette guerre nous entrons dans cette guerre", a-t-elle ajouté pour préciser sa position. "Ce serait une Troisième Guerre mondiale, est-ce que je le souhaite ? Non. Mais je ne souhaite pas non plus qu'on maintienne l'Ukraine dans une situation de guerre permanente pour finir par faire de l'Ukraine ce que les Russes souhaitaient en faire."

FAUT-IL NEGOCIER AVEC LA RUSSIE ?

Faut-il négocier avec la Russie de Vladimir Poutine, envers qui Marine Le Pen est souvent accusée de complaisance ? "Nous considérons que la France se doit de conserver des contacts diplomatiques avec tous les pays du monde", a-t-elle répondu. "Le fait de se couper diplomatiquement de tous les pays, y compris ceux qui peuvent poser problème, c'est s'empêcher d'avoir une option diplomatique pour obtenir quelque chose", notamment "le retour de monsieur Navalny par une action diplomatique", a-t-elle ajouté.

ALEXEÏ NAVALNY

"Les conditions de détention qui ont été imposées à Alexeï Navalny sont très certainement une des raisons de son décès", a réagi Marine Le Pen à la mort de l'opposant russe numéro un à Vladimir Poutine. "Je suis toujours très prudente dans les mots que j'utilise, mais je ne suis pas loin de penser que c'est une forme de faiblesse d'emprisonner ses opposants politiques", "personne n'est dupe de la volonté exprimée par le régime russe de priver monsieur Navalny de sa capacité à s'opposer à Vladimir Poutine. (...) C'est une perte importante pour la démocratie russe", a ajouté la cheffe des députés RN.

Les sujets d'actualité sont nombreux pour la cheffe des députés Rassemblement national à l'Assemblée nationale. Ce dimanche 18 février à 12h, Marine Le Pen est l'invitée de "L'événement du dimanche" sur LCI. L'occasion pour Marie Chantrait de l'interroger sur l'actualité du pays, l'actualité internationale et les grandes échéances à venir pour son parti.

À propos des sujets internationaux, ils ne manqueront pas, de l'aide de la France à l'Ukraine à la mort d'Alexeï Navalny en détention.

L'ex-candidate à la présidentielle devrait aussi évoquer son sort et celui de son parti, jugés en correctionnelle en octobre et novembre 2024 pour détournement de fonds publics dans l'affaire des assistants d’eurodéputés du FN.  

Aussi, Marine Le Pen devrait être interrogée sur les bons résultats du RN dans les sondages. La semaine dernière, un sondage LCI sur les élections européennes donnait le parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella largement en tête, à 29%, devançant de près de 10 points la majorité présidentielle. La députée du Pas-de-Calais arrive également en tête des études d'opinion qui se penchent déjà sur l'élection présidentielle de 2027. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info