Dissolution de l'Assemblée nationale : en cas de nouvelles élections législatives, qui en profiterait ?

Publié le 7 novembre 2022 à 17h52
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Alors que majorité et opposition bataillent à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron et Renaissance agitent régulièrement la menace d'une dissolution pour essayer de contenir la fronde.
En cas d'organisation de nouvelles élections législatives dans les jours à venir, à qui profiterait le scrutin ?
Seul le Rassemblement national en sortirait renforcé.

Le président de la République ne l'exclut pas. Il l'avait assuré fin septembre, et le Journal du dimanche le révèle ce dimanche : Emmanuel Macron est prêt à dissoudre l'Assemblée nationale en cas de blocage au Parlement ou d'adoption d'une motion de censure. Selon le quotidien, le parti Renaissance a bouclé ses préparatifs - calendrier d'investitures ou formations des candidats - afin d'être paré à tout moment à cette annonce, même si elle n'est pas d'actualité, selon le porte-parole du gouvernement Olivier Véran. 

Un moyen de mettre de nouveau la pression sur les députés de l'opposition, qui multiplient les motions de censures ou l'adoption d'amendements contre l'avis du gouvernement. Mais le parti du chef de l'État ne serait pas certain d'en sortir gagnant ou renforcé, ni même avec la majorité absolue qui lui fait défaut depuis juin dernier. Alors à qui profiterait une dissolution de l'Assemblée nationale ? Quelle pourrait être sa composition si de nouvelles élections législatives devaient avoir lieu prochainement ?

Seul le RN sortirait renforcé du scrutin

"Les rapports de force n'évolueraient pas de façon spectaculaire, la vie de l'Assemblée serait toujours divisée entre trois grands blocs : le camp présidentiel, la Nupes et le Rassemblement national", a confirmé Frédéric Dabi, directeur général Opinion de l'Ifop, auprès de TF1info. Mais selon un sondage réalisé par son institut et publié le 6 novembre dans le Journal du dimanche, si les Français retournaient aux urnes dimanche prochain, seul le Rassemblement national sortirait renforcé du scrutin. Le parti dirigé par Jordan Bardella recueillerait 21% des suffrages contre 19,2% au premier tour des élections législatives de juin dernier selon les résultats du ministère de l'Intérieur pour la France métropolitaine (18,7% pour la France entière). 

"C'est cette opposition que les Français jugent la plus crédible à Emmanuel Macron", ajoute-t-il, précisant que les 3/4 de l'échantillon interrogé l'a été avant le tollé provoqué par le député RN Grégoire de Fournas. Selon Frédéric Dabi, c'est auprès "des plus de 50 ans et des salariés" que le RN gagne des points. Ce résultat est "le fruit des bons résultats de Marine Le Pen aux deux tours de l'élection présidentielle et de l'installation du parti à l'Assemblée nationale, a contrario de la Nupes, dont les méthodes ne correspondent pas aux Français"

La Nupes serait plus forte divisée

En effet, si la Nupes se présentait sous une même étiquette, comme en juin dernier, elle obtiendrait 25% des voix, contre 26,3% en juin dernier (résultats France métropolitaine). Si ses quatre alliés décidaient de se séparer, leur score atteindrait 29% (11% pour LFI, 8% pour le PS, 7% pour EELV et 3% pour le PCF). Frédéric Dabi y voit un signal que même si La France insoumise "créé la dynamique à gauche, elle entraine également une déperdition" des électeurs et de leurs voix. Jean-Luc Mélenchon notamment agit comme un repoussoir, tout comme les différentes affaires - Quatennens et Bayou dans lesquelles sont englués les membres de l'alliance.

En revanche, Renaissance et ses alliés Modem et Horizons seraient stables, avec 27% des suffrages contre 26,9% le 12 juin dernier, tout comme Les Républicains (11%, 11,4 il y a presque cinq mois). 

Lire aussi

Toutes ces raisons font que le président de la République n'a aucun intérêt à dissoudre l'Assemblée nationale dans un futur proche, mais utilise cette menace pour ramener à la raison ses opposants, notamment de gauche, qui auraient plus à y perdre. Emmanuel Macron ayant fait la promesse de ne pas contribuer à faire progresser le Rassemblement national, il veillera à ne pas leur donner l'occasion de faire grimper leur nombre de députés.


Justine FAURE

Tout
TF1 Info