Plusieurs publications sur les réseaux sociaux s'en prennent à Sandrine Rousseau.
Les internautes assurent que la députée EELV a dénoncé les prénoms "genrés" pour les enfants.
Il s'agit d'une fausse information, publiée à l'origine par un compte parodique.

Les mots de Sandrine Rousseau laissent rarement indifférents. Depuis son ascension médiatique et politique lors de la campagne présidentielle, la militante écoféministe alimente de nombreuses polémiques. Dernière en date, la députée de la Nupes aurait dénoncé le choix de certains parents de donner un prénom à leur enfant au moment de sa naissance. "Nommer son enfant, c'est décider à sa place de son identité de genre", aurait-elle lancé sur le plateau de France 2, d'après une capture d'écran qui circule en ligne ce jeudi 25 mai. Sauf qu'il s'agit d'une citation entièrement inventée.

"Surmulots news" à l'origine du canular

L'une des publications, vue 130.000 fois, assure que "ceci n'est pas un fake". "Il me semble urgent que cette femme lève le pied et s'occupe de sa santé", ironise Kaouther Ben Mohamed, chroniqueuse des Grandes Gueules sur RMC. Pourtant, Sandrine Rousseau n'a jamais prononcé cette phrase. L'image provient de l'émission "Les 4 Vérités", diffusée sur France 2, en date du 24 octobre. Or, comme le montre l'entretien dans son intégralité, dont la vidéo est disponible sur YouTube, les sujets du prénom des enfants ou de l'identité de genre ne sont jamais évoqués.

"Ce post est un montage", a rapidement réagi la principale intéressée. "Complètement faux", a-t-elle ajouté, interpellant l'Arcom, l'autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique.

Mais alors, d'où sort cette citation ? Interrogée sur l'origine de l'image, l'auteure du tweet renvoie vers une autre capture d'écran. Celle d'un compte baptisé "Surmulotsnews". Dans cette publication datée du 3 mai, on retrouve la citation attribuée à Sandrine Rousseau. Sauf qu'un seul coup d'œil au compte permet de réaliser qu'il s'agit de contenus parodiques. Surmulots news se présente en effet comme un compte qui propose "l'actualité au-delà du réel". "Ne prenez jamais les surmulots au sérieux", préviennent-ils.

En septembre dernier, la députée écologiste avait dénoncé cette pratique sur le plateau de "Quotidien". Victime de cyber-harcèlement à cause d'un autre compte parodique en son nom, elle accusait ces auteurs de s'inscrire dans des pratiques "humiliantes" à son égard.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info