L'info passée au crible
Verif'

Présidentielle : 1 électeur sur 10 fait-il son choix dans l'isoloir ?

Thomas Deszpot
Publié le 3 avril 2022 à 14h56, mis à jour le 3 avril 2022 à 18h23
Pour beaucoup d'électeurs, il est difficile de se décider jusu'au dernier moment.

Pour beaucoup d'électeurs, il est difficile de se décider jusu'au dernier moment.

Source : LUDOVIC MARIN / AFP

Dans l'entourage d'Anne Hidalgo, on assure qu'une large proportion d'électeurs demeurent indécis.
L'ancien député socialiste Patrick Mennucci assure que 47% des Français qui n’ont pas pris leur décision quand 10% décident dans l’isoloir.
Si la certitude des électeurs augmente à mesure qu'approche le 1er tour, les sondeurs observent des choix tardifs chez de nombreux citoyens.

Anne Hidalgo l'a annoncé : elle ne jettera pas l'éponge. Qu'importe les sondages en berne et les aléas de la campagne, la candidate socialiste entend bien défendre sa candidature jusqu'au dernier instant. Ses soutiens cherchent d'ailleurs à entretenir l'espoir, refusant de céder au défaitisme. C'est notamment le cas de Patrick Mennucci, ancien député des Bouches-du-Rhône et invité cette semaine sur CNEWS. 

À ses yeux, il subsiste plusieurs motifs d'espoir, à commencer par l'incertitude de multiples électeurs à l'approche du scrutin. "47% des Français qui n’ont pas encore pris leur décision", assure-t-il, rappelant que "10% des gens qui décident dans l’isoloir". Autant d'indécis dont le vote reste donc selon lui à conquérir. 

L'hésitation se réduit peu à peu

Les enquêtes d'opinion nous le rappellent à intervalles réguliers : seule une partie des électeurs savent avec certitude pour qui ils voteront bien en amont d'une élection. Alors que le premier tour de la présidentielle se tient dans une semaine, cette indécision concerne-t-elle vraiment un électeur sur deux, comme l'assure Patrick Mennucci ? Les 47% évoqués par l'ancien député ne concordent pas avec les dernières estimations fournies par les instituts de sondages puisque si l'on en croit le Rolling IFOP - Fiducial du 1er avril pour LCI, Paris Match et Sud Radio, seuls 23% des électeurs indiquent pouvoir encore changer d'avis. Cette proportion se révèle plus faible que celle estimée par l'Ifop le 24 mars (37%), mais cette dernière ne met toutefois pas en avant des doutes chez près d'un votant sur deux.

Pour retrouver la trace des 47% évoqués par le dirigeant socialiste, il faut en fait remonter à décembre dernier, avec une précédente version de cette même consultation Ifop. À l'époque, une plus forte incertitude était observée, assez logique puisque nous étions encore à environ quatre mois du scrutin.

Quid des plus indécis, qui douteront jusqu'au dernier instant, ces 10% d'électeurs faisant leur choix dans l'isoloir ? Patrick Mennucci, contacté par TF1info, indique que ce chiffre est "assez courant" et "donné très souvent par les sondeurs". Et ajoute qu'il l'a emprunté à "un argumentaire d'Olivier Faure aux militants socialistes". 

En 2017, l'Ifop avait indiqué que 15 % des votants s'étaient décidés le dimanche même du premier tour, quand 21% avait arrêté leur choix au cours du week-end. Plus d'un tiers (35 %), avait quant à eux acté leur décision la semaine du vote. En réponse à une autre question, 27% confiaient avoir "hésité jusqu'au dernier moment". Une évolution récente ? "Il y a plusieurs décennies, on pouvait voter à vie pour le même camp. Notre rapport à la politique n'est plus du tout le même aujourd'hui, alors même qu'il existe une plus grande fragmentation de l'offre", confiait il y a peu au JDD Mathieu Gallard, directeur d'études chez Ipsos.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info