Élection présidentielle 2022

Présidentielle : avec qui Marine Le Pen pourrait-elle gouverner ?

J.F avec AFP
Publié le 16 avril 2022 à 14h51
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Marine Le Pen assure que si elle est élue, elle sera en mesure de "former trois gouvernements" qui seraient "d'union nationale".
Pourtant, la candidate du Rassemblement national semble bien seule et bien peu entourée pour gouverner.
Elle n'apparaît pas non plus en mesure de rallier de nombreuses personnalités d'autres partis politiques.

Marine Le Pen l’assure : une fois élue, elle constituera un gouvernement "d’union nationale", composé de personnalités de droite bien sûr, mais aussi de gauche. Elle promet même qu’elle sera capable de "former trois gouvernements" et que, sans le dévoiler, elle connaît déjà le nom de son Premier ministre. Mais sa capacité à réussir interroge, son cercle restreint et son réservoir d’élus ou de "cerveaux" étant limités. 

Parmi ses ministres potentiels, Marine Le Pen cite régulièrement deux personnes ralliées en 2019 : l'ancien magistrat et ex-député LR Jean-Paul Garraud, en pointe dans la rédaction de son projet visant à "éradiquer les idéologies islamistes" et à interdire le port du voile dans la rue, qu'elle pourrait nommer à la Justice ; et Hervé Juvin, ancien conseiller de Raymond Barre, devenu le chantre du "localisme", une écologie civilisationnelle et identitaire. Jordan Bardella, qui l'a remplacée bénévolement comme président par intérim du RN, aurait aussi "parfaitement les qualités pour devenir ministre". Tout comme son délégué aux études et ex-LR Franck Allisio, "presque plus connu qu'Édouard Philippe quand il a été nommé Premier ministre".

L'eurodéputé russophile et ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani, même si ce ne serait plus pour le ministère des Affaires étrangères, "a vocation" à faire partie de son gouvernement, a aussi assuré Marine Le Pen vendredi sur France Bleu. Et ce, malgré les positions diplomatiques controversées de son lieutenant, prié de se mettre en sourdine pendant la campagne à cause de sa proximité avec Moscou. En revanche, elle a renoncé à intégrer Éric Zemmour ou Marion Maréchal.  

L'aide du très secret club des Horaces ?

La candidate du Rassemblement national n'exclut pas non plus de faire appel à ses experts réunis dans le club des Horaces, composé de hauts fonctionnaires et chefs d'entreprises qui la conseillent sur son projet. Mais les noms de ces techniciens restent bien souvent secrets. "Je n'ai pas la science infuse. Je n'ai pas préparé l'intégralité de mon projet économique toute seule, chez moi", déclarait-elle ainsi le 5 avril dans Le Figaro

Lire aussi

Mais arriverait-elle à rallier à elle des gens qui ne font pas partie de son camp, alors qu'ils sont nombreux à l'avoir quitté ces derniers mois, à l'instar de l'eurodéputé Nicolas Bay ? Si elle gagne, "ça va créer une dynamique, des gens vont nous rejoindre. On a des contacts", assurait récemment un de ses proches à l'AFP. Pourtant, le mouvement de Marine Le Pen semble toujours être un épouvantail pour les cadres des autres partis politiques. Par exemple, aucune personnalité des Républicains n'a franchi la frontière et rejoint la députée du Nord, même les partisans d'un rassemblement des droites.


J.F avec AFP

Tout
TF1 Info