Élection présidentielle 2022

Présidentielle : le camp Macron avertit que "rien n'est joué" au second tour

F.R
Publié le 18 avril 2022 à 22h45
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

À deux jours de débat décisif de l'entre-deux-tours, les soutiens du chef de l'État s'inquiètent.
Ils rappellent que le second tour "n'est pas joué".
Le spectre de l'abstention pèse notamment sur le scrutin.

"Le second tour n'est pas joué". Plusieurs soutiens d'Emmanuel Macron ont alerté, lundi 18 avril, sur tout risque de relâchement dans la dernière ligne droite de la présidentielle, alors que le président-candidat prend l'avantage sur Marine Le Pen dans les derniers sondages.

Avant de mettre sa campagne en sourdine pour préparer le débat d'entre-deux-tours très attendu de mercredi soir, la candidate RN s'est fendue d'un bain de foule sous le soleil de la Normandie, alors qu'Emmanuel Macron a occupé le terrain médiatique avec trois interviews à la radio et la télévision. Partout, il a exhorté les Français à se rendre aux urnes.

Si, d'après notre sondage diffusé lundi, Emmanuel Macron l'emporterait par 54,5%, le président-candidat n'est pas à l'abri, ni d'un faux pas, ni d'une importante mobilisation de l'électorat anti-Macron, ni d'une forte abstention de la part de ceux qui pensent que l'élection est déjà jouée.

"Repensez à ce que les citoyens britanniques disaient quelques heures avant le Brexit ou aux États-Unis avant que le vote Trump n'arrive : je ne vais pas y aller, à quoi ça sert ? Je peux vous dire que le lendemain, ils ont regretté", a-t-il souligné sur France 5. "Donc si vous voulez éviter l'impensable ou quelque chose qui vous rebute, choisissez pour vous-même."

À ce stade, les deux candidats peuvent gagner

François Bayrou

Et plusieurs de ses lieutenants, tels François Bayrou ou Edouard Philippe, ont tiré le signal d'alarme. "À l'évidence, le front républicain n'est plus un réflexe naturel, par lassitude sans doute", a estimé l'ex-Premier ministre dans Le Figaro. Et d'ajouter : "Rien ne me paraît joué, car beaucoup d'inconnues pèsent sur le scrutin, à commencer par l'abstention". 

Le maire du Havre a par ailleurs exhorté les soutiens d'Emmanuel Macron à se concentrer sur la victoire du président-candidat plutôt que sur la structuration politique d'une hypothétique future majorité. "Tout cela me semble furieusement relever de la fable de Perette et le Pot au lait. Je recommande vivement à chacun de se consacrer à la campagne pour éviter que Marine Le Pen soit élue", a-t-il avancé.

Pour François Bayrou, haut commissaire au Plan et maire Modem de Pau, "à ce stade, les deux candidats peuvent gagner. Tout peut se produire, par définition". "On a déjà vu des peuples faire des choix qu'avec le regard de l'historien on trouve insensés. Mais ça peut arriver", a-t-il ajouté dans la République des Pyrénées.

Lire aussi

Les deux candidats s'affronteront lors d'un unique débat mercredi soir, un moment de vérité qui avait beaucoup coûté à Marine Le Pen en 2017. Aujourd'hui, la candidate du Rassemblement national estime être mieux préparée, et va désormais s'isoler pour peaufiner ce duel télévisé. "Je vais travailler mon débat chez moi de manière tout à fait normale", a-t-elle dit sur France Bleu Normandie.

Pour Emmanuel Macron, le débat constituera "un moment de clarification". Sur la forme, "l'enjeu est d'être persuasif et convaincant sans prendre un ton trop professoral", souligne son entourage.


F.R

Tout
TF1 Info