Eric Zemmour, de polémiste à candidat à la présidentielle

Élèves handicapés : la proposition d'Eric Zemmour déclenche une nouvelle polémique

V.M
Publié le 15 janvier 2022 à 11h28
JT Perso

Source : TF1 Info

ÉDUCATION - Pourfendant "l'obsession de l'inclusion", Eric Zemmour a estimé que les enfants handicapés devraient être accueillis dans des établissements spécialisés plutôt qu'avec d'autres enfants. Des propos fustigés par la majorité et la droite. Le candidat s'est expliqué samedi matin.

Une nouvelle controverse autour des propositions d'Eric Zemmour. En meeting vendredi à Saint-Quentin (Aisne) sur le thème de l'éducation, le polémiste a estimé que les enfants vivant avec un handicap devraient être accueillis dans des établissements spécialisés plutôt qu'au sein des établissements classiques. 

"L'obsession de l'inclusion est une mauvaise manière faite aux enfants et aux enseignants", a expliqué le candidat lors d'une table-ronde organisée avec des enseignants. 

"Déclaration pitoyable"

"En voulant sortir les enfants handicapés de l'école de la République, Eric Zemmour, par cette déclaration pitoyable, illustre une fois de plus son rejet des différences", a répliqué sur Twitter la secrétaire d'Etat au handicap, Sophie Cluzel. "Les personnes en situation de handicap ont toute leur place dans la société."

"Scandaleux propos d'Eric Zemmour sur la scolarisation des enfants handicapés qu'il veut exclure de l'école en milieu ordinaire", a réagi de son côté Damien Abad, le patron du groupe LR à l'Assemblée nationale. "Cette ségrégation à tous les étages est une honte absolue. Oui, nous devons avoir l'obsession de l'inclusion", a-t-il ajouté, demandant au polémiste "des excuses publiques".

"Scandalisée par la brutalité d’Eric Zemmour qui veut exclure de l’école les enfants en situation de handicap. Il frappe au cœur leurs familles", a réagi la candidate LR Valérie Pécresse, en déplacement en Grèce. Ajoutant : "Ma priorité : une meilleure inclusion pour les enfants fragiles, c'est mon projet. C'est ma France."

"On ne peut pas se prétendre amoureux de la France et nier à ce point ce que nous sommes (…) le handicap c’était le sujet que j’ai voulu mettre en avant", a quant à lui estimé le président Emmanuel Macron dans le cadre de propos tenus en privés avec ses proches.

L'expression du candidat a également suscité des réactions hostiles dans les milieux associatifs et mitigées sur les réseaux sociaux, certains acteurs du secteur estimant que les structures spécialisées sont incontournables pour certains handicaps. 

Zemmour se justifie

Ce début de polémique a conduit le polémiste à apporter des précisions, plus consensuelles, samedi matin, dans une série de tweets où il défend "des solutions adaptées, personnalisées et souples"

"Je suis très attaché à ce qu'il y ait des passerelles entre scolarisation en établissement spécialisé et ordinaire", assure Eric Zemmour, expliquant que "l'inclusion dans une scolarisation ordinaire n'est pas toujours le meilleur choix pour eux si les difficultés peuvent être mieux prises en charge dans des établissements spécialisés"

"Ces gens plaquent de l'idéologie sur une réalité humaine, j’essaie adapter les solutions que je propose à des êtres humains qui sont différents, pas de plaquer une idéologie inclusive sur des réalités différentes", a également justifié le candidat auprès de LCI samedi. Il a aussi publié une nouvelle vidéo plus tard dans la journée, dénonçant des propos "détournés" par ses concurrents. 

Sur l'école, Eric Zemmour a égrené vendredi plusieurs propositions, dont le durcissement des conditions de recrutement des professeurs, la suspension des allocations familiales pour les "élèves perturbateurs", la création "d'internats de réinsertion" pour "les plus violents", ou encore "l'interdiction" des "interventions idéologiques dans l’enceinte des établissements scolaires".


V.M

Tout
TF1 Info