Élection présidentielle 2022

Pour Gabriel Attal, Eric Zemmour, "c'est la France à genoux, rabougrie"

La rédaction de LCI
Publié le 29 août 2021 à 15h26
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Le Grand Jury

TACLE - Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro dimanche, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'en est pris "à titre personnel" au polémiste Eric Zemmour, possible candidat à l'élection présidentielle. "Je n'ai pas à donner des brevets de candidature sérieuse", a-t-il toutefois ajouté.

Eric Zemmour ne s'est pas déclaré, mais il fait déjà parler de lui. Le polémiste, qui a fait sa rentrée ce week-end et pourrait annoncer prochainement sa candidature à l'élection présidentielle, a été pris pour cible par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce dimanche. 

Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, ce dernier a estimé qu'Eric Zemmour, "c'est la France à genoux, la France rabougrie en permanence, l'esprit de défaite en permanence", précisant qu'il s'exprimait à titre personnel au sujet du journaliste de CNews. "On explique que tout va mal, qu'on est un pays où tout dysfonctionne, qui aurait perdu toutes ses valeurs, tout son sens de la solidarité, de fraternité, d'égalité", a-t-il fustigé. 

"Ce n'est pas du tout cela que je crois", a ajouté Gabriel Attal sur notre antenne, expliquant qu'il ne se retrouverait "jamais dans le discours de ceux qui voient tout en noir". "Cette crise, au contraire, nous a montré que les Français étaient capables d'avoir des trésors d'inventivité, de créativité et de solidarité."

Lire aussi

"Les électeurs décideront"

"Je n'ai pas à donner des brevets de candidature sérieuse ou pas sérieuse, dangereuse ou pas dangereuse, on est en démocratie", a toutefois assuré le porte-parole du gouvernement. "Les électeurs décideront si une candidature est sérieuse ou pas."

Dimanche également, sur Forum Radio J, le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt a estimé qu'Eric Zemmour devrait quitter l'émission à laquelle il participe sur CNews pour "mettre fin à la confusion", jugeant que "soit on est journaliste, soit on est candidat". Le polémiste a d'ores et déjà donné rendez-vous à ses fidèles sur le chaîne où il continue d'officier à la rentrée. 

"Être président de la République ce n’est pas un exercice de jouissance, c’est un exercice de service. Ce n’est pas vouloir être candidat pour faire la tournée de son bouquin, pour se faire mousser, pour bomber le torse", a tancé pour sa part le numéro 2 du RN, Jordan Bardella, sur BFMTV, quand certains voient dans la possible candidature d'Eric Zemmour une menace directe pour Marine Le Pen. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info