L'écart se creuse entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen (53,5% contre 46,5%) selon notre sondage Ifop-Fiducial de ce jeudi.
Alors que le second tour se tient le 24 avril, comment évoluent les reports de voix des principaux candidats éliminés au premier tour ?
On fait le point.

À dix jours du second tour de la présidentielle, l'écart continue de se creuser légèrement entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le président sortant est désormais crédité de 53,5% des intentions de vote, en hausse de 0,5 point, face à la candidate RN, selon notre baromètre Ifop-Fiducial pour LCI, Paris Match et Sud Radio, soit un écart équivalent à 2,3 millions de voix. 

Dans cet affrontement entre les deux finalistes de l'élection présidentielle, les reports de voix des candidats éliminés au premier tour sont scrutés à la loupe, tant ils peuvent avoir un effet sur l'issue d'un scrutin serré. 

Dans le détail, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon optent majoritairement pour l'abstention ou le vote blanc (45%), 34% choisissant de voter Macron, et 21% Le Pen. Le choix d'Emmanuel Macron est beaucoup plus net chez les électeurs de Yannick Jadot (62%). Inversement, il reste encore plus marqué chez les électeurs d'Eric Zemmour, 82% d'entre eux voteraient en faveur de Marine Le Pen. En revanche, les électeurs de Valérie Pécresse sont divisés entre Emmanuel Macron (43%), Marine Le Pen (23%) et l'abstention ou le vote blanc (34%). 

Les reports vers Macron en baisse chez les électeurs de Mélenchon

"Le report de voix reste très net pour les électeurs d'Eric Zemmour, même s'il y a eu une légère érosion", analyse Frédéric Dabi, le directeur général Opinion de l'Ifop-Fiducial. "Cela valide la stratégie de Marine Le Pen de ne pas en faire des tonnes" en direction des déçus du candidat Reconquête. En revanche, "sur l'électorat de Valérie Pécresse, on a une petite évolution, avec trois points de moins pour Emmanuel Macron", relève-t-il. "Quand on se rappelle du report de voix des électeurs de François Fillon en 2017, c'était à peine 15% d'entre eux qui avaient choisi Marine Le Pen."

À gauche, le principal mouvement concerne les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, où le report sur Emmanuel Macron recule de quatre points. "Cet électorat va de plus en plus vers un ni-ni", relève Frédéric Dabi. "L'électorat de Jean-Luc Mélenchon est le plus important parmi les abstentionnistes et pour l'instant, il n'est pas dans une logique de choix."


V.M

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info