Le second quinquennat d'Emmanuel Macron

Législatives : à Cherbourg puis Marseille, Emmanuel Macron s'investit dans la campagne

J.F
Publié le 1 juin 2022 à 15h23
JT Perso

Source : TF1 Info

Le chef de l'État a effectué le premier déplacement de son second quinquennat ce mardi à Cherbourg sur le thème de la santé
Ce jeudi, il se rendra à Marseille pour parler éducation.
Une façon pour lui de s'engager dans la campagne pour les élections législatives, à moins de deux semaines du premier tour.

À moins de deux semaines du premier tour des élections législatives, Emmanuel Macron occupe le terrain. Cinq semaines après sa réélection, le président de la République est reparti en campagne, avec l'objectif de faire élire un maximum de députés de la majorité pour la législature à venir. Mardi, il a effectué le premier déplacement de son nouveau quinquennat, et ce jeudi, il se rendra à Marseille accompagné du ministre de l'Éducation nationale, Pap Ndiaye.

À Cherbourg ce mardi, il a abordé l'un des futurs chantiers de son quinquennat : la réforme du système de santé. Il y a notamment annoncé le lancement d'une nouvelle mission "d'un mois sur les soins non programmés", confiée au président de Samu-Urgences de France, François Braun. "Territoire par territoire", elle doit expliquer "où sont les manques, pouvoir les chiffrer"  et donner des premières pistes pour répondre à ce problème, a détaillé le chef de l'État. Il a également précisé que sa grande conférence sur la santé  serait lancée "à partir de juillet" avec toutes les parties prenantes. 

Jeudi à Marseille, Emmanuel Macron fera campagne sur une autre de ses priorités : l'école. Avec Pap Ndiaye, il fera le point sur l'expérimentation "école du futur" lancée dans 59 établissements de la ville. Initiée en septembre 2021 par le président dans un plan "Marseille en grand", elle vise à donner davantage d'autonomie aux équipes pédagogiques pour un système scolaire "plus juste et plus inclusif".

Les ministres soumis à une période de réserve

Le chef de l'État retourne sur le terrain alors que le début de son quinquennat a été entaché par les accusations de viol visant Damien Abad et le fiasco du Stade de France samedi dernier. Aussi, ses ministres sont soumis depuis le 23 mai à une période de réserve limitant leurs déplacements et les empêchant de faire des annonces, contraintes auxquelles n'a pas à s'astreindre Emmanuel Macron. 

Lire aussi

Le président s'attachera à maintenir son parti en tête des intentions de vote pour les législatives, alors que selon le dernier sondage d'Ifop-Fiducial pour LCI publié mardi, le camp présidentiel obtiendrait, le 12 juin, 27% des suffrages (+1 depuis le 18 mai), devant l'alliance de la gauche, la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes), à 25%.


J.F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info