Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

Législatives : Élisabeth Borne va-t-elle démissionner de son poste de Première ministre ?

Justine Faure
Publié le 20 juin 2022 à 18h36
JT Perso

Source : TF1 Info

La coutume veut qu'à l'issue des élections législatives, le Premier ministre en place présente sa démission au chef de l'État.
Elisabeth Borne devrait s'y plier dans les prochaines heures.
Emmanuel Macron aura le choix de la reconduire à son poste, ou de changer de chef de gouvernement.

L'opposition réclame la tête d'Elisabeth Borne. Au lendemain des élections législatives, alors que le camp présidentiel a échoué à obtenir la majorité absolue à l'Assemblée nationale, la Première ministre s'avère déjà dans une situation délicate. La France insoumise ou le Rassemblement National, estimant que les résultats sont un désaveu pour la majorité, demandent à la cheffe du gouvernement de s'en aller et au chef de l'État de la remplacer. Mais la Première ministre devrait démissionner d'elle-même dans les prochaines heures.

En effet, il est de tradition pour le Premier ministre de présenter sa démission au chef de l'Etat au lendemain des élections législatives. "C'est la tradition républicaine que le Premier ministre remette sa démission 24 à 48 heures après le résultat", a confirmé une source au sein de l'exécutif à TF1 et LCI. Edouard Philippe l'avait fait au lendemain du second tour en 2017, tout comme Jean-Marc Ayrault en 2012, François Fillon en 2007 ou Jean-Pierre Raffarin en 2002. On parle alors de démission de courtoisie, car il est également de coutume que ce dernier soit aussitôt reconduit dans ses fonctions par le président de la République. 

Lire aussi

Cet usage n'est pas inscrit dans la Constitution, il n'est pas obligatoire. Mais Elisabeth Borne devrait s'y soumettre. Sera-t-elle maintenue à son poste par Emmanuel Macron ? "Macron n'est pas du genre à la virer comme ça", croit savoir un membre de l'exécutif à TF1info. 

Alors que certains doutent de la pertinence de son profil et de sa capacité à gérer ce manque de majorité, cette même source met à son avantage son passé de présidente de la RATP et son passage au ministère du Travail où elle a dû négocier avec les syndicats à propos de la réforme des retraites et de la réforme de l'assurance chômage.


Justine Faure

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info