Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

Conseil des ministres annulé, réception des forces politiques... les manœuvres d'Emmanuel Macron après les législatives

Idèr Nabili
Publié le 21 juin 2022 à 7h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Au lendemain du second tour des élections législatives, Emmanuel Macron tente de reprendre la main.
Le président de la République, qui ne dispose que d'une majorité relative à l'Assemblée, va recevoir les représentants des principales formations politiques.
Le Conseil des ministres de ce mardi a été annulé.

Un scrutin qui a bousculé la majorité et bouleversé l'agenda présidentiel. Au lendemain d'un second tour des élections législatives décevant pour le gouvernement, Emmanuel Macron cherche la parade. Les députés de son camp n'ont obtenu que 245 sièges à l'Assemblée nationale, loin des 289 synonymes de majorité absolue. Si le président de la République ne s'est toujours pas exprimé, en coulisses, plusieurs décisions ont été prises.

La première d'entre elles a été l'annulation du Conseil des ministres. Initialement prévue ce mardi, cette réunion hebdomadaire de l'ensemble des membres du gouvernement a été repoussée par l'Élysée. Selon une source auprès de TF1-LCI, il pourrait même ne pas y avoir de Conseil des ministres de la semaine. Mercredi, Emmanuel Macron devait aussi lancer le Conseil national de la refondation, outil de la "nouvelle méthode" de concertation prônée par le chef de l'État durant la campagne présidentielle. À l'instar du Conseil des ministres, il a été repoussé à une date ultérieure.

Des échanges avec les oppositions au programme

En lieu et place, le président de la République va multiplier les échanges et recevoir les représentants des forces politiques ayant vocation à constituer un groupe à l'Assemblée nationale. Dès ce mardi matin, Christian Jacob (LR) puis Olivier Faure (PS) seront reçus à l'Élysée, fait savoir la présidence. Suivront dans l'après-midi François Bayrou (MoDem), Stanislas Guerini (Renaissance, ex-LaREM), Marine Le Pen (RN) et Fabien Roussel (PCF). D'autres entretiens auront lieu mercredi matin.

Avec un objectif : ne pas bloquer le pays. "Dès lors qu'il n'y a pas de majorité alternative, la question de la manière de mener les transformations nécessaires pour le pays est posée", relève l'entourage du président de la République auprès du service politique de TF1-LCI. "C'est le sens de cette rencontre avec les forces politiques. Dialoguer, échanger, pour l'intérêt supérieur de la Nation et bâtir des solutions au service des Français."

Prendra-t-il ensuite la parole ? C'est ce qu'a laissé entendre sur LCI le ministre chargé de l'Europe, Clément Beaune, sans donner de calendrier. Mais le temps presse : dès jeudi, Emmanuel Macron doit enfiler son costume de président du Conseil de l'Union européenne, avec deux jours de déplacement à Bruxelles. Il se rendra la semaine prochaine en Allemagne, pour une réunion du G7, puis en Espagne pour un sommet de l'Otan.


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info