Élections législatives : le camp présidentiel perd sa majorité absolue, poussée historique du RN

Législatives 2022 : Éric Zemmour, "très tenté" par une candidature, "hésite encore"

L.C. avec AFP
Publié le 2 mai 2022 à 22h23
JT Perso

Source : TF1 Info

Le candidat défait à la présidentielle se dit désormais "très tenté" par une candidature aux élections législatives.
Il annoncera sa décision d'ici à la fin de la semaine.
Il assure avoir déjà étudié plusieurs circonscriptions potentielles, où il a fait "des scores supérieurs à 20 %" à la présidentielle.

Ira-t-il ou n'ira-t-il pas aux législatives ? Lundi 2 mai, Éric Zemmour semblait pencher vers le oui. Après son score décevant à la présidentielle, avec 7 % des suffrages, le polémiste d'extrême droite est aujourd'hui "très tenté" par une candidature aux élections de juin et rendra sa décision avant la fin de la semaine.

"Je suis très tenté", indique-t-il à BFMTV. Mais "j'hésite encore pour une raison simple : est-ce-que je pourrai, en me présentant, aider tous mes camarades qui sont sur le pont ?", a poursuivi le fondateur du parti Reconquête !. "Il faut mener la campagne nationale, pour aller aider les uns et les autres. Ce n'est pas évident", a-t-il encore insisté, en précisant que sa décision était "imminente".

Marine Le Pen "préfère tuer Reconquête !"

Concernant son point de chute, le polémiste a indiqué avoir "regardé les circonscriptions" dans lesquelles il a "fait des scores de plus de 20 %" au premier tour de la présidentielle, évoquant le Var ou encore Paris.

Mais outre sa propre candidature, le président de Reconquête! compte bien présenter "577 candidats" sous la bannière de son parti pour le scrutin. Et pour cause, aucun accord n'a été conclu avec la cheffe de file de Rassemblement national qui, selon Éric Zemmour, "préfère tuer Reconquête! Plutôt que devenir une force à 100-150 élus" au Palais Bourbon. "Si elle veut vraiment résister à l'Assemblée (...) il faut qu'elle accepte de faire un accord", a-t-il une nouvelle fois plaidé, admettant toutefois n'avoir eu aucun contact avec Marine Le Pen depuis le second tour de la présidentielle.

Mais "le lien n'a jamais été rompu", a-t-il assuré sur BFMTV, car "il y a des gens qui se parlent", au sein du RN et de Reconquête. Celui qui souhaite une grande union de la droite a de nouveau assuré qu'aucun candidat de son parti ne se présentera face à Marine Le Pen, Éric Ciotti et Nicolas Dupont-Aignan.

Lire aussi

Revenant sur défaite à la présidentielle, Éric Zemmour a reconnu "un échec, une déception", avant d'invoquer le rôle de l'invasion de l'Ukraine par la Russie dans sa déroute. Selon lui, son électorat a fait bloc derrière Emmanuel Macron, dans un "effet drapeau", puis s'est reporté automatiquement sur Marine Le Pen, suivant un vote utile.


L.C. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info