Le ministère de l'Intérieur a dévoilé peu après minuit, ce lundi, les résultats officiels du premier tour des élections législatives.
La majorité présidentielle l'emporte de peu devant la Nupes.

Les résultats définitifs de ce premier tour des élections législatives sont tombés peu de temps après minuit sur le site du ministère de l'Intérieur. La coalition de la majorité (Ensemble!) l’emporte au coude-à-coude avec l’union de la gauche (Nupes) en obtenant 25,75% des suffrages contre 25,66%. En tout, ce sont 21.441 voix qui séparent les deux groupes politiques. Le Rassemblement national (RN) arrive troisième avec 18,68 % devant les Républicains (LR) et ses alliés (11,29 %) et Reconquête!, le parti d’Eric Zemmour (4,24 %).

Une abstention record

Le taux d'abstention a atteint un nouveau record pour un scrutin de cette ampleur en atteignant les 53%. Le précédent record remonte à 2017 avec 51,3%. Pour autant, si l'abstention touche davantage les quartiers populaires et les jeunes, soit d'importants viviers d'électeurs pour la gauche, la coalition de gauche, menée par Jean-Luc Mélenchon, a réalisé une percée spectaculaire et compte déjà quatre députés élus dès le premier tour sur cinq candidats au total.

Une percée historique pour la gauche

Parmi les circonscriptions les plus symboliques de cette renaissance de la gauche, celle de Saint-Denis qui est aussi un bastion historique pour les communistes. La Nupes y a remporté les premières places dans les douze circonscriptions et le député insoumis sortant Alexis Corbière fait partie des rares à avoir été réélu dès le premier tour. Aussi, LFI compte également trois autres élues à Paris, dont la sortante Daniele Obono et des nouvelles venues comme Sarah Legrain et Sophia Chikirou.   

Suite à la publication des résultats, Jean-Luc Mélenchon a pris la parole "avec émotion". "La Nupes arrive en tête, elle sera présente dans plus de 500 circonscriptions au deuxième tour et, dès lors, les projections en sièges à cette heure n'ont aucun sens sinon celui de maintenir une illusion", a-t-il déclaré. Dans son discours, il a décrit le parti présidentiel comme étant "battu et défait" avant de s'adresser en vue du second tour à "la jeunesse et tous les milieux populaires si durement éprouvés par 30 ans de néolibéralisme". Il les a invités à combattre par les urnes le projet "funeste" d'Emmanuel Macron.

"Une partie importante de l'électorat de gauche a cru à ce récit de Jean-Luc Mélenchon"
Frédéric Dabi, directeur général de l'IFOP sur le plateau de LCI

Même si pour l'heure, Jean-Luc Mélenchon est loin de devenir Premier ministre, son principal argument de campagne, Frédéric Dabi de l'Ifop a estimé sur le plateau de LCI que son pari était réussi. "Une partie importante de l'électorat de gauche a cru à ce récit de Jean-Luc Mélenchon, la Nupes arrive à capter près de 70% de l'électorat de gauche", a-t-il déclaré

La plupart des candidats de gauche qualifiés au second tour

Du côté d'EELV, Julien Bayou s'est réjoui d'une telle avancée de la gauche : "Nous avons réalisé un score historique". Et d'ajouter : "Nous avons déjoué les pronostics, l'enjeu c'est maintenant de déjouer les projections de second tour." La plupart des figures emblématiques de la gauche sont qualifiées au second tour, comme Julien Bayou (EELV), Olivier Faure (PS), Fabien Roussel (PCF), ou encore Sandrine Rousseau (EELV). Certains candidats Nupes font même sérieusement concurrence à des ministres, à l'image du socialiste Jerôme Guedj qui menace dans l'Essonne la ministre Amélie de Montchalin.

▶️ Découvrez les résultats définitifs du 1er tour des législatives circonscription par circonscription

Le suspens est total pour savoir si Emmanuel Macron parviendra, deux mois après sa réélection, à conserver une majorité absolue - 289 sièges - qui lui permettrait de faire voter ses réformes, à commencer par celle des retraites. Selon les estimations de l’institut Elabe, ce dimanche, les marcheurs obtiendraient au moins 260 sièges et au maximum 295. Quant à la coalition de gauche, elle obtiendrait entre 160 et 201 sièges et deviendrait donc la première force d’opposition. Les Républicains pourraient obtenir entre 52 et 70 députés alors que le Rassemblement National, finaliste avec Marine Le Pen lors de la présidentielle, n’obtiendrait que 25 à 35 députés.


Justine Briquet-Moreno

Tout
TF1 Info