Législatives 2022 : Mélenchon tente de rassurer les autres partis de gauche sur l'Europe

Publié le 1 mai 2022 à 15h31

Source : TF1 Info

Alors que les négociations entre LFI et les autres formations de gauche semblent s'enliser, Jean-Luc Mélenchon a donné des gages dimanche lors de la manifestation du 1er mai.
Le leader insoumis a notamment voulu rassurer ses potentiels partenaires sur son projet vis-à-vis de l'UE.
Il s'est également adressé aux communistes.

Les négociations patinent, Jean-Luc Mélenchon monte au créneau. L'ancien candidat insoumis à la présidentielle a défendu la possibilité d'une union de la gauche en vue des élections législatives au moment où les discussions, qui devaient s'achever dimanche soir, mais pourraient être prolongées, semblent achopper avec le PS, EELV et le PCF. 

Lors d'un discours tenu au milieu de la manifestation parisienne du 1er mai (à voir en intégralité en tête de cet article), le député LFI a tenu à apporter des garanties, se voulant notamment rassurant sur son projet européen qui crispe les socialistes et les écologistes. L'appel à la "désobéissance" face aux règles européennes est particulièrement pointé par ces derniers comme un point de blocage. "Notre intention n'est pas de provoquer une crise de plus. Nous ne sortirons pas de l'UE dans ce mandat", a assuré Jean-Luc Mélenchon. "La désobéissance n'est pas une posture. Nous dirons que, sur tel ou tel point que le peuple français a décidé dans son pays, nous le ferons."

"Nouvelle Union populaire"

Le député a également rappelé les garanties données à ses potentiels partenaires, assurant que la répartition des sièges proposée par son mouvement était plus avantageuse pour les autres formations que le résultat du premier tour de l'élection présidentielle. "Nous avons pris la décision de tout sacrifier aux objectifs du combat, de passer par-dessus des rancunes dont certaines étaient fondées", a-t-il assuré. 

L'ex-candidat parle désormais de "nouvelle Union Populaire", cette plateforme à laquelle les mouvements de gauche "sont en train de travailler", et qui serait l'étiquette commune pour les candidats aux législatives. 

"Les communistes sont nos alliés, partout sur le terrain", a aussi martelé Jean-Luc Mélenchon, alors que le PCF critique des velléités "hégémoniques" chez les Insoumis. "La possibilité de la victoire se présente dorénavant devant nous contre tous les prophètes de malheur", a lancé le tribun devant les manifestants, assurant que les électeurs de gauche auront ainsi "l'occasion de battre ceux qui ont l'intention de [les] faire travailler jusqu'à 65 ans".


Vincent MICHELON

Tout
TF1 Info